Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981608
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-983388
ARMU 
144 
a Item, les aucuns portent differance en harnois de braz, de 
teste et de jambes; premierement la dilferance des harnoys de 
teste, c'est assavoir de bicoques et de chappaulx de Monmuhan. 
Et premierement, les biquoques sont de faczon {L que sur la 
teste, en telle forme et maniere comme ancienement les bacinez 
51 camail souloient astre, et d'autre part vers les aureilles viennent 
joindre aval, en telle forme et faczon comme souloient faire les 
Derniers l. 
a Item, et les chappaulx de Montaubani sont rons en teste a une 
u creste au millcu qui vait tout du long, de la hauteur de deux doiz, 
fi et tout autour y a ung avautal (bord en saillie) de quatre ou cinq 
a doiz de large en forme ou maniere d'un chapeau. n 
L'auteur rlecrit ensuite la salade, les avant-bras avec les garde- 
bras; mais il fait une distinction entre le garde-bras du bras droit 
et celui du bras gauche; le premier devant avoir des gardes plus 
grandes, parce qu'il n'est pas defenilu par Pecu et doit parer le 
coup de lance. Il admet deux armures des bras, celle dont les trois 
pieces tiennent ensemble, dest-a-dire l'avant-bras, le garde-bras 
et Farriere-bras, qu'il appelle de Milan, et celle qui se compose de 
trois pieces ilistinctes reunies seulement par des aiguillettes (voy. A1- 
GUILLETTE). 
Pour les harnais des jambes, le manuscrit en decrit egalement de 
deux sortes : le harnais de Milan qui a est clos davant et derriere par 
a le bas, ainsi que on le fait a Millan, et a grandes gardes au genouil, 
a et ung pou de mailles sur le cou du pie; et l'autre faczon du har- 
a noys de jambes est tout jaareil a l'autre cy dessus declaire, sinon 
a entant que par la jambe bas s'en fault trois doiz que ne soit cloz, et 
a ont les gardes plus petites en droitle genouil.  
Cela n'est pas parfaitement exact, au moins quant a la deuxieme 
manicre d'armer les jambes. 
Les greves franeaises sont de deux pieces, la grove proprement dite 
et la molletiere, reunies par des charniercs, des boutons et des 
oeillets lateralcment ; mais la grcve recouvre les chevilles et descend 
l Les biquoques sont evidemment des armets qui se divisaient au droit des oreilles en 
deux coques (voy. Aumm). Quant au mot bernfer, nous n'en trouvons pas la signification 
dans le cas prcsent. Les bemiers sont des valets de chiens de chasse. On leur donnait 
ce nom pendant les XIII', x1v0 et xve siecles. Applique aux armures de Lcte, nous n'avons 
trouve ce mot nulle part dans les anciens textes. Ainsi, notre auteur entend qu'il y avait 
deux sortes dliabillements de lüle, la salade et la bicoque; et en effet, sur les miniu- 
turcs, ä dater du milieu du xv" siccle, on ne voit gucre que ces deux sortes de (zasques, 
avec le chapeau de lilontauhan. 
2 Voyez ÜHAPEL m: FER.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.