Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981608
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-983061
ARMURE 
118 
u Ainsi que ces Franeois et Bretons estudioient et ymaginoient 
comment et par quel tour a leur plus grant avantage les Anglois 
envair et assaillir ilz pourroient, et vecy monseigneur Jehan 
Chandos et sa route, banniere desploiee tout. ventelant, qui estoit 
d'argent a un pel aguisie de gueules, laquelle Jacques Alery, uns 
hons homs d'armes portoit, et povoient estre environ quarante 
lances, qui approueherent durement les Franeois. Et ainsi que 
les Anglois estoient sur un tertre, espoir trois bonniers de terre 
en sus du pont, les gargons des Frangois qui les appereeurent, et 
qui se tenoient entre le pont et ledit tertre, furent tous effraiez 
et dirent : a Alons! Alons nous en! Veey Chandos. Sauvons nous 
et nos ehevaulx. v Si s'en partirent et fuirent et laissierent 121 leurs 
a maistres. 
a Quant messire Jelian Chandos fu la venus jusques a eulx, sa 
a baniere devant lui, si n'en fist pas trop grant compte, car petit les 
a prisoit et amoit, et tout a cheval les oommenga a ramposner en 
a disant : a Entre vous, Frangois, si estes malement bonnes gens 
a (Fermes. Vous chevauchez a vostre aise et a votre voulente, de nuit 
a et de jour. Vous prennez villes et forteresses en Poitou, dont je suis 
u seneschal; vous raengonnez povres gens sans mon congie; vous 
a ehevaueliiez partout a ceste armee : il semble que le pais soit tout 
u vostre, et par Dieu non est. Messire Loys, messire Loys, et vous, 
u Garlouet, vous estes maintenant trop grans maistres! Il y aplus 
u d'un an et demy que j'ay mis toutes mes ententes que je vous peusse 
a trouver ou enoontrer. Or vous voy-je, Dieu merci, et parlerons a 
a vous et saurons lequel est le plus fort en ce pais, ou je, ou vous. On 
u m'a dit et compte par pluseurs fois que vous me desiriez a veoir : 
a si m'avez trouve. Je suis Jean Chandos. Se bien me ravisez voz 
a grans appertises d'armes, qui sont maintenant si renommees, se 
u Dieu plaist, nous les esprouverons. n Ainsi et de telz langages les 
f: reeueilloit messire Jehan Ghandos, qui ne voulsist nulle part estre 
a fors que la : tant les desiroit-il il, combatre l 
a Messire Loys et Carlouot se tenoient tous quois, ainsi que tous 
a eonfortez qu'ilz seroient eombatus, et riens n'en savoient messire 
u Thomas de Persy et les Anglois qui de la le pont estoient z car le 
(r pont de Lanzac est hault, a boce ou milieu, et ce la leur en tolloit 
a la veue. 
a Entre ces ramposnes et paroles de messire Jehan Chaudes, qu'il 
a faisoit et disoil aux Frangois, un breton prist son glaive 1, et ne se 
a pot abstenir de commeneier meslee, et vinl assener {t un escuier 
u Sa lance.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.