Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981608
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-982898
101 
AHMURI 
pique et du haubergeon de mailles. Un bacinet protege la tete de ce 
dernier; ses mains sont couvertes de gants. Les solerets sont de 
mailles avec greves completes de cuir, probablement. Le premier 
possede une targe ronde, le second un ecu pendu au cou. Ces deux 
hommes d'armes sont completement depourvus de pieces d'acier, de 
plates; bien que, ainsi que nous venons de le voir, ces pieces 
d'armures fussent usitees depuis longtemps dejll pour couvrir les 
epaules, les arriere-laras, les coudes, les genoux et les tibias. 
Il etait assez habituel, des le commencement du xm" siecle, que les 
seigneurs suzerains se distinguassent, au milieu de leurs barons, par 
un signe independant de leur blason: detait une couronne ou un 
cercle de pierreries sur le heaume; detait aussi parla banniere 
portee devant ou pres d'eux. Pendant le XIVÜ siecle il en fut de meme, 
en France du moins; le roi seul, entre tous, portait une couronne 
entourant le heaume. Mais il ne paraitpas que les princes de la famille 
royale portassent sur leur armure d'autre signe que leur blason. Les 
eveques, qui, comme seigneurs feodaux combattaient parfois a la tete 
de leurs gens, portaient, pendant les xui" et XlVc siecles, la mitre 
posee sur le heaume. 
La figure 27 bis montre un de ces prelats armes, portant une mitre 
rouge posee sur le heaume. 
A la bataille de Poitiers, en 1356, Farcheveque de Sens fut fait 
prisonnier et Peveque de Chalons demeura parmi les morts 2. 
Alors, au commencement du XIVÜ siecle, chacun severtuait a 
trouver le genre d'armure le plus approprie a la defense, en adop- 
tant simultanement la broigne, le gambison pique, le haubert de 
mailles, le surcot ou la cotte de peau rembourree, les plates, les 
canons de cuir bouilli pour les bras et les cuisses (cuissots), les 
greves d'acier, ou les chausses de mailles, le bacinet et la simple 
cerveliere attachee au camail ou a la gorgerette. On voyait persister 
cependant une sorte d'armure d'ordonnance, classique, qui sem- 
blait particulierement affectionnee par la maison de France. Nous 
ne devons pas nous en tenir Z1 ce vetement de guerre, mais montrer 
188 divers essais tentes par la chevalerie et qui ont un caractere 
Pratique, en laissant de cote ce qui doit etre mis au compte de 
la fantaisie des artistes peintres de miniatures. Mais on ne peut 
S0 mcprendre a cet egard, pour peu qu'on ait l'habitude de con- 
' Manuscr. Bibi. uaL, Godefroy de Bouillon, franc. Icommencem. du XIVÜ SiäCIGL 
2 Suivant Villani, cet Gvüque de Chälons avait contribud par ses exhortations h engager 
la bataille et ä repousser les propositions du prime de Galles.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.