Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981608
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-982785
ARNIUIIIE 
Il fallait bien que ces heaumes cylindriques fussent un bon habille- 
ment de tete, car ils persistent tres-tard; on en portait encore it la 
croisade de saint Louis (voy. HEAUME). L'eau etuit peint aux armes 
de chacun. Voici un passage de la Chanson des Saxons 1, qui vient 
appuyer les monuments figures d'on nous avons tire les exemples 
precedcnts : 
Qui dont vdist chascun son hernois aprcstcr, 
Ces cspdes forbir et ces haubcrz rollerf 
Cuuccs ct ouvertures froicr ct cscurcr, 
(lez heaumes rebrunir, ces cscuz cnarmcv 
Cm. fers de ccz espiez an fraisnez anhantor, 
Et ces chevax de garde torchier et conraer. 
Boller veut (lire battre, equivaut a la locution vulgaire de rouler. 
Le moyen de (lÜPOllillOI' et de nettoyer les hauberts de mailles ne 
pouvait consister qu'en un froissement repete des maillons les uns 
contre les autres. Froier veut dire frotter; le verbe escurer a la 
signification qu'on lui donne aujourd'hui. Donc il s'agit de pieces 
d'armures de fer poli, dest-a-dire de graves (cauces) et d'ailettes 
(coverlures) ; et, en elTet, des le milieu du XIII" siecle, ces deux pieces 
d'armures etaient ajoutees au garnement de mailles. Ecus enarmez 
veut dire ecus peints aux armes de ceux auxquels ils apparte- 
naient. (Ielait en "bois de fresne que l'on fabriquait les manches de 
lance. 
A cette epoque, (fest-a-dire vers 1250, sans elre sensiblement 
modilie, l'habillement de l'homme d'armes gagne en elegance. La 
cotte d'armes (Fetolle, ne descendant qu'au-dessus des genoux, 
couvre entierement le haubert de mailles, dont les manches seules 
restent zipparentes. Le capuchon de mailles tient au haubert et est 
serre a la hauteur des tempes par une mince courroie bouclee ou 
nouee par derriere. Les gantelets de mailles tiennent aux manches 
et peuvent laisser la main libre au moyen d'une fente pratiquee lon- 
gitudinalement au poignet. Le ceinturon, large, pendant, est retenu 
par une ceinture qui serre la taille. Les jambes sont, ainsi que les 
pieds, revetus de chausses de mailles (hg. 17 2). Le heaume est 
cylindre-conique tronque, avec vue barree par un renfort vertical. 
Ce heaume avait l'avantage de mieux tenir sur la tete que celui de 
l'exemple precetlent, et posait sur la cervelierc de mailles. Il etait 
1 Chap. xxxxv. 
1 Cathädrale de Reims, 
sculptures 
et ä Hnldrieur. 
du portail principal ä Fextäricur
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.