Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-976854
JVREE 
Lion corporelle aussi bien que la resurrection de l'auto, ne brillaient 
point les corps de leurs coreligionnaires. Ils les cnsevelissaient dans 
des cavites creusees dans le tuf ou dans des sarcophages, apros les 
avoir enveloppes de bandelettes (Folollc. 'l"ouLcfois, il semblerait, 
clktpres l'examen (les [teintures des Catacombes, que le visage du 
mort restait il decouvorti. Les monuments ligures de FOccideHt, il 
dater du x" siecle, representenl les corps morts completement cou- 
verts de bandelettes, la toto comprise. Quelquefois, une croix est 
tracee sur la face du cadavre. Il etait aussi d'usage (Venvelopper 
dans une peau de cerf les corps des personnages de distinction 2. 
On donnait le nom de sycloinc, syndrm, aux linceuls : 
u Joseph le corps euvolepa 
u En un sydoine quhchela, 
u Et en une pierre 1e mist 
u Qu'il ä son wus avait cslist, 
1- Et d'une pierre le nouvri 
cr Que nous apclons tomba f-i 
Le sycloine ou le syndon etait tries-probablement une etolle de 
soie : H Capis nigris cum capuciis de syrlmw val tujfata utenturi. I) 
Cette etoffe s'employait aussi bien pour les vetements que pour les 
ensevelissemeills. On plagait aussi, pendant le moyen fige, les per- 
sonnages de distinction dans le cercueil avec leurs vetements de 
ceremonie, et cette habitude paraissait generalement adoptee par le 
huut cierge. Toutes les tombes dkäveques que nous avons vu ouvrir, 
et qui dataient des X110, X1110, KIVe et xvü siecles, conservnient les 
vestiges desvetements de ces dignitaires eeclesiasticrues. Il en etait 
de meme pour les tombes des seigneurs suzerains pondant le moyen 
fige. Ces personnages etaient plus ou moins bien embaumes. revetus 
de leurs habits, et portes, le visage decouvert, just1u'i1 leur seput- 
ture sur des lits de plantes odoriferantes.  
LIVREE, s. f. On (iüsignait par ce nom, pondant les x11", xm" et 
XIV" siäcles, les vütemenls que les seigneurs donnaient ä leurs fami 
liers on aux personnes auxquelles on präztenciuim faire acte (le gm- 
cieuselä. Comme il arrivait (lue ces vüLemenls ütaienl ainsi livrüs 51 
l Voy. Bosio, Rama sutterrcznea. 
Lnzare. 
f Voy. 00313143111254, t, I, 
3 Roman du Srzint-Grnnl, vers 575 
Ä Monfrsticzzvn angifc, l. III, pm-L 
267  
Pc 
iuluiw 
wüscr 
Tcvlin 
et suiv, (xlnr 
2, P. ars. 
sibchz) 
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.