Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-976792
H-HIFA 
hommes. cl ne s'applique, scmble-l-il, qu'il lu lilniqim pourpoinl. 
porlce par les vilains, les serviteurs et gens de peliil elul. Encore. 
(les le temps de Charles VI. le mol jube esl-il remplace par le moi 
gippon. Dans le Journal d'un honrgeozls- de Paris, il la dote (lu 
'24 avril 1418, ou lit ce passage ' : a El vrey fut (N10 Fnnnee de may 
c: (51 la fele de la pluntulion du may), les gens de Foslel du Roy 
a allerent, comme accoulume est, au bois de Boulogne pour appor- 
u ler du may pour l'osLel du Roy. Les gens d'armes de Monlmnrlre 
u fila Ville FEvesque o l'entrer: de Paris, vinclrent sur eulx a, force. 
w et les navrerent de plusieurs playcs, et puis les desrohcrerxt de 
il tout ce qu'ils porenl, el lut bien en ceulx (lesdits serviteurs du 
f: Boy qui se pot sauver en gippon ou en chemise tout il pie. n Le 
gippou clair; donc encore, au commencement du xv" siecle, un velo- 
menl de dessous que l'on mettait par-dessus la chemise, sous le 
surcotl, la colle lmrllie, le peliqon ou lu llouppelunlle. Mais alors 
le gippon posscduil, un corsage ajuste, avec poule ou jupe courte. 
Ou attachait les chuusses au has (le ce corsage, qui ilesceniluit aux 
hanches, avec des aiguillettes. 
LAGET, s. m, (lacs, litsnidres, continuera). Cordon de lil ou de 
soie destine a retenir certaines parties des VÜlCIIIGHLS en passant 
dans des irillels eu en s'attachant a des boutons au molxfen d'une 
boucle. Des le x16 siecle, on voit des lacs attachant des manteaux, 
des craies. Les Orientaux paraissent avoir fait usage de ces cordons 
laieants, a une epoque reculee, et les Occidentaux, lorsqu'ils adop- 
terent, E1 dater du 1x0 siecle, certaines parties {des vetements  
tins, notamment les bliauts, ou vetetnents legers de dessus, et les 
chapes, ou manteaux ronds attaches sur la poitrine, prirent en 
meme temps les lacets qui servaient a maintenir ces habits sur le 
corps. Des monuments des x10 et xnü siecles indiquent clairement 
l'usage du lacet comme moyen d'attache de ces manteaux ronds 
(Hg. 'l 2). Aux deux bords du Inanleziu sont cousues deux plaques 
metalliques oblongues, percees chacune de dix lreus par paire. 
1 (loll. 
3 Musül 
hund et Pnujoulal, 
Toulmlsu, StI-llllü 1 
L. Il. p. (530. 
r: fcngmclfxuff si
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.