Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-976735
JURE 
64 
artistes occidentaux, lorsquiils representcnt, avant le x11" siecle, des 
personnages de l'0rient, comme les rois mages, par exemple, ont le 
soin de leur donner un vetement qui, evidemment, etait plus ou 
moins exactement copie de ceux qu'on portait dans FAsie Mineure, 
avec laquelle l'0ccident avait alors des rapports tres-snivis. Ce vote- 
IDBIll; consiste principalement en une jube ou tunique fendue par 
devant du bas a la ceinture, et dont un des pans descendait beaucoup 
plus bas que l'autre, ainsi que le montre la ügure fl. Le pan A etait 
retrousse dans une ceinture large fort riche et dont on laissait 
pendre un bout. Sur cette ceinture on en ajoutait une autre souvent, 
(Fetotle legei-e, sorte d'ecbarpe retenue elle-meme par une autre 
ceinture plus etroite et ornee de pierreries. Le personnage que 
donne la figure 2 l est ainsi vetu. Il represente un des trois rois 
mages qui viennent rendre hommage a Jesus enfant. Dessous la 
jube, dont le pan dextre est releve sous la ceinture largo, dont on 
voit pendre un bout, le mage porte des braies d'une etolle tres- 
riche, assez semblable a du cachemire des Indes. Celte jube est de 
couleur pourpre-fonce; par-dessus est une seconde ceinture etroite 
d'or et de perles avec Fecbarpe dont il vient dRZ-tre parle, laquelle 
est d'un gris rose. Le manteau est vert pale; les brodequins sont 
rouges, avec ornements roses etblancs. Le bonnet est rose. 
Les Occidentaux ne paraissent pas avoir admis la coupe etrange 
de la partie inferienre de la jube orientale ; mais, en laissant les deux 
pans egaux, ils adopterent souvent cette ceinture d'etoffe que l'on 
voit tignree sur beaucoup de nos monuments du X110 siecle. 
Cependant la jnbe occidentale, celle du peuple,  car c'etait la 
un vetement porte par toutes les classes,  n'est pas toujours 
fendue par devant; c'est exactement la tunique avec ceinture. Le 
meme manuscrit du x18 siecle 2 montre un berger vetu de la veritalale 
jube francaise l. Un camail de peau garantit ses epaules, et son 
bonnet conique est retenu au cou par un cordon. Les braies de 
ce berger, qui semblent etre faites d'une toile souple, sont serrees 
au-dessus des chevilles par les cordons des souliers. 
La jube peut etre consideree comme une cotte, bien que genera- 
lement elle soit moins longue, car elle ne descend guere qu'aux 
genoux (tig. 3) t. Si les pans sont trüs-longs, ils sont retrousse-s dans 
1 Dlllllllälff. liihlioLh. naliom, Ifwfng. festziu, latin {crummunxccznm 
11 ldmuq ibizl.  
3 Voyez, dans la partie des USTÜNSILES, l'au-tilde: BATUN, fig. l. 
5 Iilzxunsor. läilnlilalh. untinm, Hisiur. Icrtnfuliruit, lnliu(xue sic" 
Emmfl- 
fesiziu, lazLi 
{cumuler
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.