Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-976705
 61  l lune 1 
Parisienne de 1400. Il est bon rletutlier, si l'en a le loisir, toutes 
les langues et tous les arts, mais il n'est pas bon de parler comme 
l'eroliei' Limousin de Rahelnis. L'art et l'industrie en France, sous 
les Valois llP. la lin du XIVÜ siecte, ont un caractere nettement em- 
preint du genie frangais, et, parmi ces industries, lerlevrerie et 
lit joaillerie se distinguent particulierement. Ce caractere s'efface 
pendant les malheurs du xve siecle, et ne recommence a se mon- 
trer avec franchise que la lin de ce siecle, c'est-nuire aux premieres 
lueurs de la renaissance. 
C'est ainsi que le genie de notre pays a ses eclipses, quelquefois 
lres-longties, s'attarde et se laisse depasser, pour reprendre en quel- 
flÜBS annees de prosperite la tete de la civilisation dans les pro- 
duits de l'intelligence et (les industries soumises a l'art. C'est ainsi 
fllfüpres la mediocre statuaire, empreinte de goüt Hamand, que l'en 
faisait en France vers la lin du rogne de Louis XI, il s'eleve tout 
il coup des Jean Goujon et des Germain Pilon, qui sont bien Fran- 
Q-fliS Ct ne laissent voir aucune influence des styles etrangers dans 
leurs oeuvres. Nos arts, comme" les belles industries qui y tiennent 
de pries, ne se relevant qu'en reprenant une vigueur nouvelle sur le 
S01 qui les nourrit. Ijeclectisme cosmopolite nous a toujours ne 
fatal, aussi bien en politique qu'en art, car les deux choses se 
tiennent. Il est aussi necessaire de bien connaitre les elements 
etrangers qui nous entourent qu'il est funeste de vouloir se les 
assimiler sans choix. 
JUBE,  f. (jupe, jupon, giippan).Vc1ement d'homme, sorte de 
tunique ä manches: f: Le suppliant trouva un sac on esloit une 
ff manche d'une juhc f. n Il ne parait pas qu'il yait une diffcrence 
marquce entre la cotte et la jupe. L'une et l'antre ctaient des vcte- 
menls de dessous, une seconde chemise commune i: toutes les 
Ühlsscs. Cependant on mettait la jubc par-dessus l'armure comme la 
ÜÜÜG. Mais dans la vie civile 1a jubc, jupe ou gippoxi, ätaiL le pre- 
uiier vütement que l'on passait sur la chcmise. Il cst ciueslion de la 
JUPE dcs les xnc et xuiff siccles : 
Li Anliraus avoit une jupe vestic ; 
De sadoinc ert li dras plus vermaS: Lfuuc alic, 
Ln fnrrfwlrc en est de hnsle nmmuoric  H 
l k    
2 Lnthes de rumzss, 1406 (vny. du (lange, Jmmus cl J! 
L'a Conquäte de Järusalewz vers 56655 ut suiv. 
7
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.