Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-976694
JÜYAIIK 
60 
tres-ferme et delie du melal prealablcment repousse. Cependant les 
habits de la noblesse ne sont plus faits tletotfes ornees d'orfrois et 
de plaques (Forfevrerie. Les bijoux se bornent a des ceintures, des 
(voiliers, (les coiffures et couronnes. des fcrmoirs et mordants. 
Le goüt pour le port des joyaux sur les habits reparait apres 
la mort de Louis IX, et ne lit que se ilevelojaper pondant le murs 
du XlVe siecle. 
L'inventaire du tresor de Charles V contient un nombre prodi- 
gieux de joyaux de corps d'un grand prix, independamment de la 
vaisselle plate d'or et d'argent. des chasses, reliquaires et tableaux 
ctorfevrerie. C'est aussi sous ce prince que l'industrie des joailliers 
atteint Vapogee, non-seulement comme quatitite de fabrication, 
mais comme qualite ct comme gent. Jamais on ne sut mieux adapter 
cet art a la toilette. Les quelques objets qui nous restent de cette 
epoque, et les nombreux monuments figures qui nous en ont con- 
serve les formes et la composition, montrent la superiorite de cette 
fabrication francaise a la fin du XIVOSiÄEClG. Alors aussi etait-il de mode 
de poser beaucoup de joyaux sur les habits de guerre. Relativement 
meme, ces vetements etaient-ils plus richement ornes que n'etaient 
les vetements civils (voy. la partie des Anuns). 
Apres les desastres du commencement du xve sieclc. le luxe des 
joyaux reparait, mais l'influence de la cour de Bourgogne a rem- 
place celle de la cour des Valois, et cette influence est, au point de 
Vue du goüt, mediocrc, tout entachee de style flamand et tudcsquo. 
La profusion des details, la confusion des compositions, la seche- 
resse de Fexecution, et l'affectation a suivre certains types de con- 
vention, manieres toujours, laids assez souvent, font des joyaux de 
cette epoque des oeuvres interessantes, curieuses a coup sur, belles 
tres-rarement. C'est cependant sur ces ecliantillous, assez nombreux 
dans les musees de PEurope, qu'on juge la joaillerie gothique. C'est 
a peu pres comme si l'on pretendaitjnger les qualites des ecrivains 
franglais du XVIIIE sieole sur les (ouvres du grand Frederic ecrites 
en notre langue; en supposant que, de Montesquieu et de Vol- 
taire, il restat seulement quelques pages, et que le grand Frederic 
ou les seigneurs de sa cour eussent laisse de gros volumes. Mais 
nous sommes ainsi faits : nous admettons bien que la langue fran- 
caise a son geuie particulier, son style a part, nous uadmettons pas 
volontiers que l'art chez nous ait eu son caractere tout special, et 
pas un de nos Inusees n'a classe par natures de fabrication les objets 
du moyen tige qu'ils renferment; si bien que nos artistes mettent 
dans un tableau historigite un bijou allemand sur le cou d'une
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.