Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-976550
JOYMÄX 
5G 
a. gros plis, et ceinture dprfevrerie a laquelle pendent des grelots. 
Il etait alors d'usage  et meme autericurement a cette epoqtie, 
puisqu'il en est question des le xui" siecle  d'attacher des grelots 
ou clochettes aux chaines de cou, aux ceintures ou aux manches. 
On trouvait probablement un charme au bruissement de ces orne- 
ments de metal. (Tetait, a coup sur, un moyen d'annoncer sa pre- 
sence. Le surcot de ce gentilhomme est blanc, sauf les cotes internes 
des manches, qui sont bleu fonce; des raies roses passent sur le bleu 
et le blanc de ces manches. Les spallieres (lechiquetees sont roses, 
avec pendeloques (bretons) d'or. Les lourdes manches de dessous sont 
egalement roses, ainsi que le chapel en forme de turban squame. 
Les bas-de-chausses sont blancs, sans souliers. (l'est aussi vers 
cette epoquc (1400) que les nobles portent de grosses cliaines, gour- 
mettes ou torsades epaisses d'or, sur les epaules, auxquelles [iarfois 
etaient suspendues des cosses ou feuilles branlantcs, ou un medaillon. 
Un manuscrit de la bibliotheque de Troyesl nous montre Amilcar 
vetu comme un seigneur du temps de Charles VI. Ce personnage 
(iig. 225) porte un chaperon rouge sur coitTe brune; il est couvert 
d'un surcot bleu clair fourre de gris; de bas-de-chausses, l'un rouge, 
avec soulier noir, l'autre blanc, avec soulier rouge. Une üpaisse 
torsade d'or, enrichie de pierres et de perles, est posee sur ses 
epaules, et une ceinture de treillis d'or entoure sa taille sans la 
serrer. Une escarcelle, precieusement ornee de broderies ou de 
pierreries, etait au besoin suspendue a la ceinture; quelquefois 
aussi un poignard a manche delicatement cisele, ou des patenotres 
d'une grande valeur. a Pour huit aulnes de gros cordon de soye de 
u plusieurs sortes pour eniiller plusieurs pateuostres pour moudit 
u seigneur, au prix de xv denirs tournois l'anime? n  u Pour une 
a canete de {il d'or pour faire une grosse houpe pour unes gruns 
u patenostres pour monseigneur le duc 1'. n 
Vers 1360, la noblesse s'etait prise de gent pour les bijoux avec 
personnages d'or ou entailles. Les mors de chape, les atichcs, les 
fermaux de ceinture, etaient ainsi decores de figures plus ou moins 
nombreuses et representant souvent des scenes entier-es. Mais beau- 
coup de ces joyaux rfetaient pas rlesliues a. etre portes sur les 
Rihliohh  
ville 
TFO y: 
Guerre 
punique, 
(HOU euvirou). 
2 Comptes de Clmrles dUrIäans (14135). 
3 Ibid. Vuy. Louis et Charles rfürlälzns, 
2" narlic. 
PHI 
igcac
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.