Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981379
VOILE 
500 
seigneurs du pays de Gailes. Ceux-ci pretendaient tenir les epees, 
dans le cortege du roi, qu'on devait porter devant lui; mais les 
seigneurs normands ne le souffrirent pas : 
.liij. contes vindrcnt avant, 
Chescuns une cspde" saisit, 
De bel porter chascuns servit. 
Mais le comte Huon fut si fier, qu'il ne daigna se saisir d'aucune, 
disant qu'il rfetait pas sergent. Le roi se mit ä rire, et de belle 
humeurlui donna sa verge d'or (son sceptre) ä tenir avec charge de 1a 
defendre : 
u         Jeo la prendrai 
a Gomc ä seigneur la vus rendrai, 
a Suslicndrai-la tant cum vodrez 
a Pur le granL fäs qc vus portez 
4 Del soc 1, del sceptre cl: la coronc : 
r: Dont estes rois ct drcit persane ; 
u Et pur Ponur que fet m'avez 
u Mc met en voslre iüautez 2. w 
(rcäpondit le c! 
Si l'orgueil d'un noble vassal ne lui permettait pas de porter Pepee 
du suzerain, il ne lui defendait pas, parait-il, de porter la Verge 
ou le sceptre. De tout temps la vanite ne s'est pas piquee d'etre 
logique.  
Au XIVe siecle, on voit les gentilshommes porter des cannes legeres 
ou verges, a cheval, pendant certaines solennites, comme signe de 
leurs charges a la cour, ou de puissance feoclale. Au xv" siecle, cette 
habitude parait adoptee comme complement de toilette, et alors ces 
verges etaient souvent tres-precieuses.  
On donnait aussi a certaines bagues le nom de verges. 
Dans le conte de la Demoiselle cavaliere 3, celle-ci donne a son 
amantune verge d'or (bague) emaillee de larmes noires, en signe de 
sa fidelite et comme promesse de le prendre pour epoux. Le quidam 
l'ayant trompee, la demoiselle trouve moyen de reprendre sa bague, 
et se trouve ainsi deliee. 
VOILE, s. m. Habillement de tete des femmes, qui remonte il la 
plus haute antiquile, fort usite pendant les premiers siecles du 
I u Du nlanlcau. v 
2 Chron. de Geofroz" Gainzar. 
3 Les Cent Nouvelles nouvelles.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.