Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981238
TOILETTE 
485 
a De mon grant tcncmcnt n'ai vaillant .1. bouton. 
a Sire, ä voslrc pläsir 1n'avcz donmi baron. 
u Selons qu'ai fait pour vous, nfen rendez guerre: 
u S'ainsi me deshäritent les hoirs Marsilion, 
a A tous jours en auront mes hoirs rülraclion, 
a Et vous en seriez rctäs de traisou! n 
Le roi lui promet de ne point abandonner sa cause, mais Ganile ne 
s'en tient pas ä cette promesse; elle entend que Feffek suivef aussi 
insiste-t-elle : 
f:  Gentis rois, dist la bele, vous m'avez mari 
u Au meilleur chevalier, qui one ferist (Fespee. 
a Berlran le palaziu ravcz fame donuee, 
a EL Guiclmrt le hardi, qui proesce u douhlee, 
n Et si m'avez en fous hauplisiee et levee. 
a Sire, que dirait-un eu la vostre contres 
a se la vostre tillolc lessiez desheritee  n 
Et en 
effet 
roi Louis assemble 
SGS 
barons 
achkve 
son entre- 
prise. 
On sait combien de femmes, pendant le cours du moyen age, ont 
su montrer des sentiments virils et defendre avec autant denergie 
que de prudence les graves interets qui parfois leur etaient conties. 
ll est peu de figures plus grandes et plus nobles que celle d'Heloi'se. 
Il est peu de souverains qui aient pu, au milieu de perils imminents, 
gouverner avec autant de prudence et de fermete que le lit la reine 
Blanche de Castille, mere de saint Louis. Ce personnage, mal connu, 
faiblement apprecie, croyons-nous, par l'histoire, et qui montra un 
coeur si francais, bien que les seigneurs ligues contre la couronne 
traitassent la reine regente düätrangere qu'il fallait mettre hors du 
royaume, parvint a dissoudre cette ligue et a remettre intacte a son 
fils cette couronne convoitee par les grands vassaux l. Les romans 
des X112 et X1110 siecles sont remplis d'aventures dans lesquelles des 
femmes savent, avec prudence et courage, surmonter les plus graves 
dangers. Certes les romans ne sont pas l'histoire, mais ils sont la 
peinture des moeurs, et n'ont la vogue qu'autant qu'ils prennent leurs 
types dans la societtfuau milieu de laquelle ils sont ecrits "l. Si dans 
beaucoup de ces romans la rigidite des moeurs n'est pas toujours 
mise au premier rang, du moins la loyaute, le courage, la per- 
4 Disons cependant que, dans son Histoire de France, M. Henri 
ressortir la grandeur du rüle de la reine Blanche.  
2 Voyez, entre autres, le roman de Hugues Capet (xrvv sibcle). 
Iblartin (tome IV) fait
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.