Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981221
485 
TOILETTE 
niers des vices quimettaient l'homme en dehors de la loi commune et 
le privaient de tous ses droits. 
Dans le Roman de Foulque de Candie 1, Aufelise parle ainsi il 
Mauduil, auquel sa foi etait promise, mais qui l'a abandonner-z et s'est 
laisse renverser de cheval, ce pendant qu'il devait la proteger :  
Vos fustes 
ja müs drus 
u Mäs or en cstcs de Vangarde ahatus. 
1 A cest hesoing avds estä molt mus. 
f- Tornez arrierc : si soit mes gans rendus. 
il Si l'aura tex, qui miels est conäus. 
a Molt contralic la pucclc a Illauduit : 
u  Amis, fait ele, vous estcs de grant bruit ; 
a Huis cil destrier vi ge hui main toutvuit. 
a (Jar dites ore, doit cil avoir däduit 
a De gente dame ne par jor ne par nuit, 
u Qui lait s'amic ct delez lui s'en fuit ? 
f: Vous me guerpistcs dedens voslre conduit. 
a Tidhaut mon frere en iresa, que je cuit, 
a Il me rescout; plus nfen tenoi d'uit 
u Vostre est la honte : gardez que ne nfanuil, 
a Molt est vile cele, qui de vos atent fruit. 
fi Poignez avant ; qu'or nous esgardent tuit. n 
Les femmes encouragent et soutiennent les hommes dans les entre- 
prises qui lassent leur patience. Le meme poeme dT-lerberl le Duc 
nous montre le roi Louis, fatigue de la guerre qu'il fuit dans le Rous- 
sillon; il tient ä rentrer en France, et emmene la belle Ganite qui 
s'est convertie, a epouse un de ses barons et ä laquelle il avait promis 
de rendre ses terres restees entre les mains des Sarrasins. Cependant 
les seigneurs des pays incompletement soumis viennent le trouver et 
lui demandent d'achever son entreprise. Louis refuse; il en a fait 
assez, dit-il, et est trop heureux de rentrer chez lui. La guerre jamais 
ne ünirait, s'il les eooutait ! 
Ganite alors lui parle ainsi : 
u  Sire, ce dist Ganite, je vous proie et semon 
u Por Dieu le fils Ivlaric, qui soufri passion, 
u Qu'un petit nfentendez: ne vous quicr autre don. 
a Pour vous ai ddguerpi Apolyn et liiahon, 
a Et mon riche lignage du rogne Pharaon. 
(c Moie et toute la terre si qu'en Karphanaon ; 
u A XXX rois pooie lacier mon gomphanoix : 
4 Par Herhcrt le Duc de Dammartin, connnenccmcnt du 
(les poätes de Chanzpzzgne, puhl. par M. Prosper 'I'arb6). 
X1110 
sibcle. 
(Voyez la Collec.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.