Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981206
483 
m'arracher; car en vous est ma vie ou ma mort, ma douleur ou ma 
joie. Pour Dieu, de moi ayez pitie: pitie de votre ami 1 pitie! pitie I 
Mon coeur est sincere et je n'ai d'autre desir que de vous posseder. Mo 
donnerez-vous espoir ? n 
aEH 
31121131111111: 
se plaindra. 
v1  mantvoi ces oisiaus es'o'i 
 J 
a Pur la Llouqor de la scson. 
a Lors chant 1 por ma dolor couvrir, 
a N'ai de chanter autre reson ; 
a Genz cors, franz cuers, clerc faqon, 
1 Por vous me covendra morir, 
10 par 
Que doit lui repondre la dame "I a Beau sire, si vous etes en peine, 
ce n'est certes pas ma volonte, et si, a cause de moi, vous vous 
lamentez, sachez bien que votre cceur estaffole. De votre bonheur, de 
votre contentement, je serais tres-joyeuse et votre mal me causerait 
du chagrin. Je vous aime autant que je dois aimer tout honnele 
homme. Soyez assure queje n'ai jamais aime et n'aimerai autrement, 
s'il plait a Dieu. J'aime celui a qui j'ai promis foi, amour et devoue- 
ment. Celui-la aura mon affection qui la doit avoir, et je ne puis 
souffrir que celui qui me doit aimer me baisse. Pourrait-il me hair, en 
effet, s'il savait quefecoute de pareils propos? Il est digne de mon 
amour et d'une affection plus haute meme : de lui seul je prendrai 
conseil. 
a Je ne sais ce que vous avez pu supposer de moi, mais il parait 
bien qu'en me tenant de pareils discours vous me prenez pour la plus 
sotte ou la plus folle des femmes. Je ne suis pas d'une beaute a provo- 
quer ces extravagances, et certes, sijüätais telle, e plus netement me 
garderoie n. 
a Je ne saurais trop maudire cette beaute par laquelle je serais 
avilie..... Ce n'est pointa cause de ma beaute que vous parlez ainsi, 
mais pour passer le temps. J'en suis fitchee. Que Dieu 1n'aide, si vous 
me prisez si peu que vous vouliez vous moquer de moi. Laissons cela : 
cependant, si vous me repetez des propos semblables, je vous retire 
toute mon estime, et vous etes assure que j'eviterai de me trouver lit 
ou vous allez... w  
Les trouveres ne manquent jamais de montrer l'amour et le 
Alors
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.