Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981113
FÜILlfl 
474 
lances, elle ne tarde guere, dans les moments de crise, {i reprendre la 
place qui lui est devolue; or, cette influence abandonnee Si elle-meme 
est saine. 
La femme, pendant le moyen äge, n'a jamais revendique cette 
sorte demancipation que revent pour elle, de nos jours, quelques 
esprits malades. Elle avait mieux a faire; elle a fait des hommes, et, 
conservant son independance morale, elle a su maintenir en dehors 
des luttes, des desordres et des passions du moment, des principes 
eleves dans la conduite des choses humaines, qui lui donnaient sou- 
vent la valeur d'un arbitre. De serve et d'objet de plaisir quetait la 
femme chez les peuples orientaux, elle comptait deja pour quel- 
que chose a Rome. Le christianisme ne fit que developper ce que la 
societe romaine avait ebauche. L'introduction du christianisme au 
sein des populations du Nord et de l'0ccident, d'origine aryenne, 
chez lesquelles la femme tenait deja une place honoree, lui donna un 
rang qu'elle n'ajamais perdu et qu'elle sut elever tres-liaut pendantles 
epoques les plus desastreuses. 
C'est pendant la periode feodale que la femme se saisit du role qui 
convient le mieux a sa nature, et c'est aussi pendant cette periode 
que son influence est la plus reguliere et la plus efficace. Jusqu'alors 
on voit des femmes obtenir le rang le plus eleve, entrer dans le 
domaine de la politique, exercer sur les affaires une action directe 
beaucoup plus souvent nuisible qu'utile. Il suffit, pour en avoir la 
preuve, de lire Gregoire de Tours. Mais c'est sous les Carlovingiens 
et surtoutä dater du X118 siecle, dest-a-dire au moment de Fapogee 
de la feodalite, que le role social de la femme acquiert une ciualitfs 
aussi nouvelle que bienfaisante. C'est alors qu'elle devient reelle- 
         
heritiers dignes de soutenir le rang et l'honneur de son seigneur; 
fltrelle inculque soigneusement a l'enfant les principes virils qui 
doivent assurer lindependance de sa maison, qu'elle s'associe resolil- 
ment a la fortune de celui dont elle porte le nom ; devient a l'occasion 
son second, souvent son conseil; dirige les affaires interieures, et se 
tient resolue, prete a tous les sacrilices, au milieu du ilomaine qu'il 
faut garder contre tous. 
Mais ce qui caracterise la femme pendant ces sil-clos de luttes 
incessantes, c'est son independance et le sentiment de sa ilignitil. 
Dans une introduction, tres-bien faite, aux Nouvelles frrmcfrisrs 
en prose, du Xlllo sieclc  on lit ce passage, a propos du Conte du
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.