Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-980954
TOILE!" 
462 
joyaux, est ouvert jusquät la hauteur de l'estomac, n'a que des epau- 
lettes qui laissent entre elles et le haut des manches passer la che- 
mise. Une aiguillette retient Fepaulette du surcot a la partie supe- 
rieure de la manche; un collier de perles est croise sur la poitrine 
en partant du haut du corsage et faisant le tour du cou; par-dessus, 
est posee une torsade d'or dont fextremite s'attache au lacet du 
corsage. Une chaine d'or forme ceinture lache au-dessous de l'ouver- 
ture du surcot. La coiffure se compose d'une sorte de diademe or 
et noir, enveloppant les cheveux enroules autour du crane, sur- 
monte d'une couronne d'or avec perles. Un voile tres-transparent, 
borde d'une ganse noire etroite, couvre le front, les joues, et descend 
par derriere jusqu'aux talons. Ses deux bords anterieurs sont retenus 
par deux ganses terminees par trois grosses perles. Des ganses d'or 
separent les les de la jupe de velours noir du surcot. Il est difficile 
d'imaginer un costume plus riche, et cependant les formes natu- 
relles du corps et de la tete sont respectees. Prenons un autre 
exemple tire des fresques de Ghirlandajoi de Sainte-Marie-Nouvelle 
de Florence (fig. 27). L'etoff'e de la robe, marron, blanc et or, est 
tres-riche, et la toilette est des plus parees. Cependant, ces memcs 
qualites. quant au respect de la forme du corps, sont observees. 
Il n'en est pas ainsi de nos modes franeaises, malgre les analo- 
gies qu'elles ont avec celles d'lfalie. Les jupes trainantes persistent 
aussi bien que les tailles longues,  car il est a observer qu'en 
France, ce n'est quexceptionnellement que la taille des hommes 
et celle des femmes a ete courte.  Les corsages sont etroits et les 
manches tres-amples. Les coiffures," bien que simplifiees. si on les 
compare a celles du milieu du xv" siecle, sont plus chargees que ne le 
sont les coiffures italiennes; cependant, l'arrangement desjoyaux, la 
prise de la gorge, la cambrure des reins, rappellent les modes d'entre- 
monts (fig. 282). Il est une chose a laquelle les modes, en France, 
sont restees de tout temps fideles, c'est la finesse de la taille, la lon- 
gueur du cou et l'allongement des flancs, par cette raison que ce 
caractere physique appartient aux femmes de ce pays. Jamais ces 
modes n'ont pu se faire aux tailles epaisses et hautes de l'Italie,et l'on 
comprend que ces conditions suffisent pour apporter dans la tour- 
nure du vetement des differences notables avec ceux que les femmes 
portaient au dela des Alpes. 
' Mort en 4495. 
2 Des tapisseries 
ä 1500. 
d u 
häteau 
d'Harou6 
lrthc), 
(Mon 
des vignettes, gravu 
ct 
de 1430
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.