Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-980838
459 
etait la supreme elegance. Quant aux femmes, ou bien elles etaient 
tres-decolletees avec le surcot pare, ou portaient des liouppelandes et 
pelieons dont les cols, hauts, serres et garnis de fourrure, montaient 
jusqu'aux oreilles. Elles commeneaient a cacher leur chevelure sous le 
grand hennin quisabeau de Baviere semble avoir mis a la mode, et 
des manches demesurees accompagnaient ces houppelandes et surcots. 
Les jupes tombaient jusqifa terre par devant, et se terminaient par 
derriere par une iraine plus ou moins longue, suivant le rang des 
personnes. C'etait aussi le beau temps des souliers a la poulaine 1. 
Simultanement avec les grands hennins qui cachaient la chevelure en 
1400, les femmes portaient aussi des coiffures qui laissaient voir les 
cheveux, lesquels alors tombaient derriere la tete en longues tresses 
ou torsades 2. L'usage des faux cheveux parait meme alors avoir ete 
assez repandu 3 : 
Ifaulrui 
Dmzus lm 
hcvcus portent gr 
teste i. w 
ÜIIZ 80H11 
Il ne parait pas que les femmes, non plus que les hommes, misscnt 
alors habituellement, pour dormir, des chemises.  
Il est question de chemises de nuit, doubliers, qui semblent etre 
des robes de chambre faites de toile en double, qu'on portaitpeut- 
elre au lit pendant les grands froids ; mais les documents du XlVe siecle, 
aussi bien que ceux du xmt. indiquent que Pusage de se coucher nu 
etait le plus frequent, tandis qu'avant cette epoque. comme a la tin du 
xve siecle, la chemise etait porlee pendant la nuit. Il est souvent ques- 
tion de personnages surpris la nuit, obliges de se lever brusquement 
et ne mettant sur le corps qu'un peligon ou un surcot. 
La mode des vetements serres reprit de plus belle sous le regne 
de Charles VII. Les hommes en portaient alors de tellement justes, 
qu'ils suivaient exactement les formes du corps, si ce n'est que la 
poitrine etait plastronnee et les manches rembourrees aux arriere- 
bras. Independamment des surcots ordinaires deja tries-justes, mais 
possedant des plis reguliers sur le devant et par derriere, des 
cpaules a la taille, surcots pourvus de manches amples, les gentils- 
1 Voyez Cmussunn, Poumuxn, 
2 Voyez COIFFURE, fig. 37, cl. J 
3 Voyez ÜOIFFURE, p. 226. 
'f Le Dict des cornetes. 
Sounmns. 
OYAUX, fig,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.