Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-980749
443 
FUILIÜ 
a partir du coude, se terminent par une bande detotle ou de four- 
rure. Les jupes des robes de dessus, n'es-amples, sontreletfees par 
une attache (troussoire) ou sous le bras. Les etolles de ces robes de 
dessus, assez epaisses, forment de larges plis. 
Les dames ne portent plus le petit chaperon cylindrique, mais 
se coiffent en cheveux; relevant ceux-ci des deux cotes du front, 
laissant tomber deux meches droites le long des joues, derriere 
lesquelles deux grosses nattes descendent au-dessous des oreilles et 
vont s'attacher au-dessus de la nuque dans un chignon frise. Le 
chaperon est le plus souvent pose en guise decharpe sur les epaules 
nues (fig. 151). La robe de dessus, ou surcotte, est relevee sous le 
bras, ou 51 Faidedune agrafe sur l'une des hanches; les manches de 
la cette de dessous sont tres-serrees et boutonnees du coude au 
poignet. 
Vers 1320 aussi, les dames posent sur les epaules un long pallium, 
ou echarpe, tres-artistement drape et sur lequel passe le voile long 
qui entoure la tete, cache les oreilles et forme guimpe. 
La figure '16 presente une de ces toilettes 2. Ce voile est fait d'un 
le de toile fine de lin de 3m50 de longueur sur 30 centimetres de 
largeur. Quant a Fecliarpe, elle est composee d'un tissu fin, blanc, 
avec broderies ou ornements dans la trame, de 3m50 de longueur 
sur 1'230 de largeur (lig. 16 bis). Cette ecliarpe est posee d'un bout 
sur Fepaule gauche, passe sur le dos, revient sur le bras droit. et est 
attacliee de l'autre bout sur la meme epaule, de telle sorte qu'en rele- 
vant les bras, ceux-ci peuvent etre entierement masques, ainsi que les 
mains, par Vetoffe. 
A l'aide d'un mouvement du poignet, les mains peuvent se degager 
et demeurer libres. Ces toilettes accusaient deja une recherche que 
celles du Xlll" siecle ne comportaient pas. Il est evident qu'alors on 
attachait une grande importance a la maniere de faire draper le 
xietement d'une lagon elegaute. 
Pour les hommes, il etait de mode alors d'avoir le visage tres- 
decenvert, soigneusement rase. le masque large; les arcades sour- 
cilieres fines, mais peu saillantes; le nez accentue au bout, large- 
ment attache aux ailes; la bouche fine, un peu souriante, avec les 
levres minces; le menton petit, releve et grassement enveloppe ; les 
cheveux abondants, frises sur le front clecouvert et sur les tempes 
(tig. 47 3). 
1 Manuscr. llilmliolh. naliom, Lanftclot du Lnc, frauqais (1320 environ). 
"J hianuscr. Bihliolh. natiom, Vie de Monsefgn. saint Denis, franqais. 
3 Statue de saint Denis (connncnccnnent du XIVÜ siI-clcj;
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.