Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-980523
421 
FOI LEI" 
nobles vers le milieu du xut siecle, bien que tres-amples, laissaient 
voir les formes du corps a cause de la iinesse des etoffes employees, 
et qui composaient des plis innombrables non-seulement a la 
jupe, mais sur la poitrine (fig. 61). ll etait convenable que ces plis 
fussent assez reguliers et tombassent droit. La jupe de la tunique 
de dessus est legerement relevee devant la jambe gauche, pour 
faciliter la marche, et n'est point fendue. Elle est retenue a la hau- 
teur des lombes par une ceinture detoffe dont les bouts tombent par 
devant, en formant des plis. Sous cette tunique, il en est une autre 
dont les manches, serrees aux poignets, indiquent une etoffe extrü- 
651g 
xQ  
 
 ÜlSfIi--.. A 
XXX Q  
XXX xff L. 
2  r  jrf 
 i sfe,   
3 t5:- äff C77 Z 
ZIL 
mement 
Les 
fine. 
chausses 
sont 
de mC-mc 
faites 
d'une 
ätoffe däliiäe . 
formant des plis gaufres transversaux. Le manteau est taille suivant 
la figure 6 bis, les deux bords AA etant attaches sur lepaule droite 
par une tibule. Les corsages des femmes etant aiustes, les plis de 
ces corsages etaient horizontaux, ou bien gaufres au moyen d'une 
preparation au fer qu'on faisait subir a Fetoffe, laiiluelle etait de 
lin ou de toile tres-fine. La figure 7 presente une de ces toilettes 
de dames nobles du milieu du xn" siecle. Une robe de dessous. par- 
dessus la chemise, etait pourvue de manches justes et gautrees ou 
a n'es-petits plis transversaux, avec une delicate passementerie aux 
poignets. La robe de dessus, ou bliaut, montait jusqu'au cou et for- 
mait, jusquät la hauteur des hanches, des plis reguliers transver- 
saux ou une gaufrure. Les manches de ce bliaut, justes aux arriere- 
bras, etaient tries-ouvertes aux poignets, et garnies alors de riches 
passementeries, ou se terminaient en ruches amples (voyez COIFFURE, 
Hg. 5). La ceinture, basse-ttetoffe, faite d'une torsade de soie 
1 Statues du portail royal 
Notre-Dame de Chartres (1140).
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.