Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-980468
415 
TOILETTE 
maniere de poser sur le corps les vetements dont les articles du 
Dictionnaire donnent la forme ou la coupe. Ce n'est guere qu'a 
dater du commencement du xnc siecle qu'il est possible, a cet egard, 
de reunir des renseignements precis. Avant cette epoque, l'imper- 
fection des monuments peints ou sculptes rend la tache plus difficile, 
et beaucoup de points restent obscurs, en dehors de certaines don- 
nees generales. Ainsi, il est bien certain que la chemise, la tunique 
de dessous, remonte aux premiers temps du moyen age et que 
ce vetement etait commun aux deux sexes (voy. Cimaise). On peut 
en dire autant du manteau, des chausses. Toutefois, celles-ci, tou- 
jours separees en deux bas-de-chausses chez les femmes, sont sou- 
vent reunies en facon de caleeon chez les hommes. Des lors, la che- 
mise etait prise sous la ceinture de ce CZIlGQOHi, tandis qu'elle 
tombait droit sur les bas-de-chausses des femmes. Les bas-de- 
chausses des femmes devaient necessairement etre retenus par des 
jarretieres a la hauteur des genoux pour ne pas tomber sur les 
talons, et les chemises descendaient aux chevilles 2. Sur ces ibraies 
et cette chemise, les hommes, pendant Pepoque carlovingienne, 
passent habituellement deux colles ou tuniques, dont l'une est a 
manches justes et la seconde a manches assez amples et ne depas- 
sant guere le coude. Ces tuniques sont plus ou moins longues de 
jupe; descendent jusque sur les talons parmi la haute noblesse 
francaise, mais plus habituellement jusqu'aux genoux dans les cir- 
constances ordinaires. Les Normands, toutefois, paraissent avoir porte, 
pendant les x0 et x1" siecles, des tuniques tries-courtes de jupe. 
Les chausses des hommes ne forment pas toujours des braies 
ou caleeons; ce sont de simples chausses, destlit-dire de longs bas, 
montant jusqu'aux hanches et retenus sur lesjambes par des lanieres 
croisees (fig. 33). Cette fagon de maintenir les chausses etait meme 
usitee chez les femmes. Le personnage que represente la figure 3 
possede les deux cottes ou tuniques. Celle de dessous est blanche et 
descend a la hauteur des genoux; celle de dessus est brune, fendue 
lateralement des deux cotes, et est pourvue de manches justes qui ne 
permettent pas de voir celles de la cotte de dessous; il porte sur ses 
epaules le manteau rond laissant le bras droit libre. Generalement, 
dans ces peintures, les manches de la cotte de dessus sont justes; 
mais cette mode ne parait pas avoir ete suivie dans Flle-de-France et 
1 Ceinture du braieul (voy. Brmnzsj. 
2 Voyez l'histoire d'Ar1etle, Clzron. des ducs de Aformandzb. 
3 Voyez les peintures de SainL-Saviu, prbs de Poiticrs (F111 du 
x10 si 
äcley
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.