Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-980355
404 
romanisee. D'ailleurs les Gaulois, comme les Germains, avaient 
tres-frequemment recours aux bains. Il n'y avait pas de si petite 
bourgade et mcme de si petit etablissement qui n'eut ses bains, 
ses etuves, dans lesquels on passait le temps que l'on consacre 
aujourd'hui aux cafes, aux cercles. (Tetait dans ces bains qu'on 
se rencontrait, qu'on allait se reposer, converser, et, au total, 
vaquer aux soins de proprete. Ces usages ne cesserent pas par suite 
de l'introduction du christianisme; ils se modiiierent toutefois, 
dest-a-dire que les bains, tout en perdant de leur importance, 
comme lieu de reunion, continuerent a etre frequentes comme eta- 
blissements dhygiene. Les membres du cierge combattaient, il est 
vrai, ces traditions, au moins dans ce qu'elles pouvaient avoir 
d'abusif; mais leurs continuelles recriminations a l'endroit des 
soins du corps, de la chevelure, indiquent assez que ces usages 
persistaient. Tout en recommandant la proprete, ils selevaient 
contre un exces de soins qui prenaient beaucoup de t.emps et ten- 
daient a eloigner les esprits des oeuvres, a leurs yeux, plus utiles 
et meritoires. Mais puisqu'ils ne cessaient de se plaindre, c'est qu'on 
ne cessait de fournir un objet a ces plaintes. D'ailleurs, dans les 
elablissements monastiques meme, des bains etaient installes, ainsi 
que le prouve le plan de l'abbaye de Saint-Gall, datant de l'an- 
nce 820. Sur ce plan, des bains sont disposes, non-seulement pour 
les moines. mais pour les etrangers recus dans le monustere, pour les 
novices, etc. 1.  
I)ans les romans et les contes des xuü et X1118 siecles, il est fait 
mention tres-frequemment de bains qu'on prenait chez soi ou 
qu'on allait trouver dans les etuves, cest-a-dire dans des etablisse- 
ments disposes a cet effet. Bien mieux, 11n certain meuble qu'on admet 
comme ayant ete invente vers le milieu du flcrnier siecle. se trouve 
mentionne dans les comptes royaux de 1349 : (i A Huc d'Yverny pour 
a i_i chaieres de fust, a laver dames. n 
Dans le conte de la Borgoise d'0rlifens, la femme prepare un bain 
aromatise pour son mari battu : 
De homes herbes li fist haing, 
Tout le gari do son mchaing. 
Il est question de bains dans le conte du Cuvier, dans celui des 
Deux Changeurs. Bains il deux, dans le conte de Constant Duharlzel: 
Yoyvz le Diclionn. zlkzrcluleclure, t. 
zl suiv
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.