Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-979735
344 
une coupe bien distincte : il est taille court habituellement pour les 
hommes, long pour les femmes; tres-caracterise ä latin du xiv" siecle, 
jusque vers 1430, et se confond souvent, ä dater de 1440, avec les 
corsets, pelisses, robes ä chevaucher et capes. 
Il est dejä question du surcot dans le Roman de la Rase 1 : 
Vcstuc ol une sorquanie, 
Qui ne fu mie de bon-ras 
Car nule robe n'est si bolo 
Quo sorquanie ä, dnmoiscle. 
Famo est plus coiutc et plus 
En sorquauie que en cola, v 
ignoLc 
Et dans le Lai du trot "l 
Il ne FCSZIIIÜJIOÜ, nue sol, 
Car il ot vcstu .j. sorcot 
De chiere escarlale Silllgllil 
[Toräe d'une penne crminc. 
Etdans Fllistoire de saint Louis du sire de Joinville 3 : 
a Li roys dcscendi apres mangier ou prael, desouz la Chapelle, et 
parloit ä Puys de la porte au conte (le Bretaigne..... Lu me vint 
querre maisLres Roberl de Sorbon, et me prist par le cor de mon 
mantel et me mena au roy, et tuiL li autre chevalier vindrent apres 
nous. Lors demandai-je 51 muislre Robert : Maislres Roberz, que 
me voulez-vous ? Et me disl: Je vous veil demander se li roys 
se seoit en cest prael, et vous vous aliez seoir sur son banc plus 
haut que li, se on vous en deveroit bien blasiner. Et je li diz que 
oil. EL il me dist: Dont faites vous bien ä blasmer, quant vous 
estes plus noblement vestus que li roys; car vous vous veslez de 
vair et de vert, ce que li roys ne fait pas. Et je li diz : Maistres 
Robcrz, sauve vostre gräce, je ne fuis mie ä blasmer, se je me vesl 
de ver! et de vair; car cest abit me lessu mes peres et ma mere ; 
mais vous faites 21 blasmer, car vous esles üz de vilain et de 
vilainne, et avez lessie 111m: voslre pure et voslre mere, eI, esles 
vesLu de plus riche camelin que li roys n'est. Et lors je pris le pan 
de son seurcol et ClOII seurcot le roy, et li diz : Or esgardez se je di 
V0lI'. w 
1 Partie de Guill 
"1 Fiu du X111" siä 
 Puhlidc par M. 
de Lorris, vers 12155 
11e, vers 32 ct suiv. 
Nat. de Vailly, chap.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.