Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-979154
ROBE 
990 
L'auteur nous apprend que si le mari accorde la toilette doman- 
dee, la dame n'en est que plus disposee a se faire voir et a courir 
les bals; que, s'il la lui refuse, la dame finit par trouver quelque 
galant qui est trop heureux de lui faire un pareil cadeau. 
(f Ainsi se font les besongnes du bonhomme son mary, qui est 
a bien a point. Or a la dame la robbe que son mary ne li avoit voulu 
a donner, qui luy a couste et coustera bien chier. Or fait tant que sa 
a more lui donne le drap devant son mary, pour ouster toutes 
a doubtes qu'il en pourroit avoir; et aussi la dame a fait acroire 
a a sa mcrc qu'elle l'a achaptee de ses petites besongnes que el a 
fi vendues, sans ce que son mary en sache rien; et a l'aventure la 
a more scet bien la hesongne qui avient souvent. Apres ycelle robe 
a en fault une aultre, et deux ou trois saintures d'argent, et aultres 
a cliouses. )J 
Les dcsastres du commencement du xv" siecle ne paraissent pas 
avoir eu grande influence sur les habits des deux sexes. Le luxe 
persiste en depit des malheurs publics chez les classes elevees, ou 
du moins ne tarde pas a rentrer dans ses habitudes, des que les 
provinces commencent a respirer. 
Alain Ghartier, comme moraliste, seleve contre ce luxe dans ses 
vers, souvent dictes par un souflle poetique tres-puissant; mais il 
n'est pas besoin de dire qu'en cette affaire les moralistes perdent 
leur temps : les calamites publiques ne modifient les mceurs d'une 
epoque qu'a la longue. Les Anglais, maitres de la plus grande 
partie de la France, de 1418 a 1430, etaient, d'ailleurs, a cette 
epoque, autant adonnes au luxe que les Frangais eux-memes, et leur 
domination n'etait pas de nature a influer, a cet egard. sur les habi- 
tudes des notables et riches bourgeois des grandes villes. 
La Chronique de Charles VII, de Jean Chartier, donne les details 
des vetements prodigieusement riches que portaient les gentils- 
hommes et les notables personnages formant le cortege du roi a son 
entree a Rouen en novembre 1449. a C'est 011056 ggrtaing, dit le 
(f chroniqueur, qu'il n'est pas en memoire d'hommes qironcques 
a le roy eust ete veu avoir pour une fois ensemble si belle cheva- 
u lerie, et si richement habillee, ne plus grant nombre de gens 
(i d'armes et. de guerre comme il avoit lors pour le recouvrement de 
a la dite ville de Rouen. w Pendant ces solennites, les hommes por- 
taient, meme par-dessus l'armure, souvent des robes tres-riches et 
de grandes echarpes par-dessus, faisant le tour du cou et tombant 
jusqifa terre. 
A cette entree du roi Charles Vll  Iioucn, ce prince, ainsi que ses
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.