Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-976277
IOYAUX 
04 
a satisfaire tout d'abord, c'est lelegance dans les tiabits, dans les 
         
legerete de caractere? est-ce amour des futilites? Est-ce un appetit 
particulier pour les delicatesses du gotit? Fait non moins etrange! 
c'est a la suite des longues periodes de prosperite que la perfection 
de la main-d'oeuvre decline chez nous, que les intelligences salan- 
guissent. Vienne un cataclysme, une interruption dans les travaux 
(l'art et d'industrie, des temps dobscurite; (les que l'apparence du 
calme renait, l'art, l'industrie, reparaissent rajeunis, se montrent avec 
un lustre nouveau, comme si, dans les periodes d'angoisses, il sentit 
fait une nouvelle eclaircie pour les intelligences, il s'etuit produit uu 
tour nouveau dans le travail de la main de l'artiste et de l'artisan. 
La solarlete des joyaux sur les vetetnents franeais du Xllle sieele 
ifetztit pas observe-e dans les pays voisins. En Angleterre, en Bro- 
hant, en Baviere, dans le nord de l'ltalie et de PESpagne, les joyaux 
etaient alors adoptes sur les vetements. Ainsi voit-on dans le tran- 
sept de Feglise de Ruremonde la statue de Gerard III, comte de 
Gueldre, mort en 12929. et celle de sa femme, la comtesse Margue- 
rite. (les deux figures, de grandeur forte nature, sont habillees a la 
mode du temps. Leur costume dilfere peu de ceux adoptes alors on 
France, si ce n'est que les deux personnages portent au cou des 
colliers d'or avec pierreries, serres, cachant l'ouverture d'une 
chemisette a petits plis, prise sous le corsage, tres-deeollete. La 
figure 8 presente cette partie du vetement de lu femme. ll fallait 
que cette sorte de carcan fut dispose a charnieres pour pouvoir 
ainsi s'ajuster au cou, par-dessus la fronce superieure de la chemi- 
sette. Le manteau, qui tombait par derriere, etait attache par deux 
torsades et un fermail orne de pierrcries pendant sur le devant de 
la gorge. Ces careans d'or sont restes longtemps de mode dans les 
Flandres et en Hollande. Les femmes du peuple en portaient encore 
jusque la fin du xvir siecle. 
Le XlVÜ siecle voit donc renaitre la mode des joyaux sur les 
vetements, aussi bien pour les femmes que chez les hommes, ct 
cette mode ne cesse de progresser jusquTt Yepoque de la renais- 
sance. Uinventaire du tresor de Charles V mentionne une quan- 
tite prodigieuse de joyaux tres-preeieux propres aux vetements 
des deux sexes, et des broderies avec melanges de perles fines. 
a Un chapperon sans gorge, fourre dermynes, d'un veluau azure, 
c brode d'or de Chippre, tout seme de compasi tleuvre de perles, 
(Ihippru 
prnli
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.