Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-979141
289 
r- a grant cruche, avecqucs un tessu de soye rouge ou vert, traynent 
(r jusques a terre, et tout a fait a la nouvelle guise. Et avoie encor 
w la robe de mes nopces, laquelle est bien usee et bien courte, 
w pour ce que je suis creue depuis qu'elle fut faite 1. J) 
A Fepoque ou ecrivait Antoine de la Salle, les femmes ne portaient 
de manches larges et tombant a terre qu'autant que ces manches 
tenaient a la houppelande. Quant aux grandes manches tenant au 
corps de robe de dessus, cette mode disparait vers 1420, au plus 
tard, pour ne plus ütre reprise que sous Charles VIII et Louis XII. 
Le style de l'auteur des Quinze Joyes de mariage ne se rapporte 
pas entierement, d'ailleurs, a celui de l'auteur du Petit Jehan de 
Saintre et se rapproche davantage du style d'Euslache Descliamps. 
Les dialogues, si frequents dans le roman d'Antoine de la Salle, 
n'ont point l'allure de ceux que l'on trouve non moins frequem- 
ment dans les Quinze Joyes. llIais, sans entamer une discussion 
approfondie sur ce sujet, ce dernier petit livre ouvre, sur les habi- 
tudes de luxe de toilette des femmes au commencement du 
xve sieele, les plus curieux apereus. Il s'agit toujours d'obtenir du 
mari des robes a la nouvelle mode. a Savez-vous v, dit une femme 
a son epoux, a que je vous vueil demander? Je vous pri que ne me 
w relfusez pas.  Non feray-je, nfamie, par ma foy. si je le puis 
M faire. -Mon amy, fait-e], savez-vous? la femme de tel a mainte- 
s nant une robe fourree de gris ou de menu ver; je vous pri que 
(f j'en aye une; par mon ame, je ne le dy pas pour envie queje aye 
u d'estre jolye, mes pouree qu'il m'est avis que vous estes bien a la 
(f vallue (en etat) de me tenir aussi honnestement et plus que n'est 
u son mary. Et quant a moy, elle n'est point a comparager a ma 
e personne; je ne le dy pas pour moy louer; mais, par Dieu, je le 
e faiz plus pour ce qu'elle s'en tient ourgueilleuse que pour aultre 
a chouse.  Lors le proudomme, qui ä l'aventure est avaricieux, 
a ou luy semble que el a asses robes, pense ung poy, et puis lui dit : 
fi Mamie, n'avez-vous pas asses robes?  Par dieu, fait-el, mon 
fi amy, ouyl; et quant ä. moy, si je estoie veslue de bureau, je n'en 
w faiz compte : mais c'est honte.  Ne vous chanlt, m'amie, laisses 
il les parler : nous-ifemprinterons rien (Feulx.  Par dieu, mon 
H amy, voire mes; mes je ne semble que il une cliamberiere emprlvs 
fi 1l'elle;11oi1 fais-je empres (le ma sieur, et si sui-je aisnee d'elle, 
w qui est laide chousei. l) 
Les Quinze Joycs de nzariugc, 
La quinte joie.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.