Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-979099
284 
etroites, ajustee seulement sur la poitrine et tombant a larges plis 
de la taille aux pieds; cette robe est rose, avec parements aux 
manches et bordure bleue a la gorge. La coiffure se compose d'un 
turban d'hcrmine, laissant Voir les cheveux au sommet de la tete et 
passer une longue natte terminee par un noeud de perles. La toilette 
de la seconde consiste en une robe bleu fonce, avec tres-large cein- 
ture et revers de menu vair au corsage et au bas des manches. La 
coiffure est un escoftion en faeon de turban, dont le detail est donne 
dans l'article JÜYAU (fig.  Plus tard, vers 14925, les robes sont 
encore plus decolletees au corsage, mais ne forment plus de ces plis 
tres-amples a la jupe, parce qu'elles sont eoupees dans des etoffes 
roides et tres-chargees d'ornements broches. Il arrive souvent 
(fig. 43 t) que les jupes sont terminees par une tres-large bande de 
fourrure au bas ou par une sorte de volant d'etoffe unie plus legere 
que le corps de robe, ainsi que le montre la figure 43. Cette dame 
noble porte un escoftion blanc et or sur la tcte, avec voile tries-trans- 
parent et empese sur les tempes. Une fine gorgiere de gaze est posee 
sur la peau, dessous le revers de fourrure du corsage. Le corps de 
robe est pris dans une etoffe brocart a tres-graiuds dessins. Les 
bourgeoises adoptaient a peu pres la meme coupe de robe, mais les 
etoffes etaient plus simples et les corsages moins deeolletes. Ces 
robes etaient bordees de meme au bas de la jupe. Sur ces robes 
decolletees, les femmes en voyage posaient des guimpes et voiles 
retenus parfois par un petit escoftion ou une calotte (fig. 44 2). 
Alors aussi, en chevauchant, les femmes ne portaient pas cette cein- 
ture large et tres-serree, fort genante, si la course se prolongeait. 
Il est evident que cette ecuyere, assise sur la sambue (voyez Han- 
NAIS, SAMBUE), a les pieds poses sur deux etriers, l'un court, pour 
la jambe droite, l'autre long, pour la jambe gauche. Cependant la 
jambe droite n'est pas posee par-dessus d'argon de devant. Mais il est 
difficile de supposer que jamais les ecuyeres du xv" sieclejne pre- 
naient cette posture. 
La robe de cette amazone est tres-longue, rouge; la guimpe et le 
voile sont blancs, la calotte bleu et or. Le harnais de la haquenee est 
de memc bleu et or.  
Les gentilshommes aussi bien que les bourgeois ne portent pas, de 
la fin du regne de Charles V a 4440, a proprement parler, des robes, 
mais des houppelancles et pelicons par-dessus les cottes, surcots 
1 Dlanuscr. Biblioth. nation., Lancelot du Lac (M235 environ). 
f lbid.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.