Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-978972
272 
critiques se soit appuye sur cet ouvrage pour demontrer comme 
quoi la classe moyenne, a la fin du XIVe siecle, inclinait vers le 
materialisme absolu; et, comme l'auteur du Mänagier donne bon 
nombre de recettes de cuisine, il etait aise de deduire de ces cha- 
pitres que cette haute bourgeoisie du regne de Charles V songeait. 
avant tout, a bien vivre. Le Jllcnagier, cependant, contient d'autres 
choses, et, si l'auteur ne fait pas de la poesie, raconte-t-il bon nombre 
d'anecdotes a sa jeune femme, a titre d'exemples, qui montrent les 
sentiments les plus delicats. Il est vrai que notre critique avait sa 
these a soutenir et que son siege etait fait"... Nous ne voulons de ces 
anecdotes que rappeler-une seule, intitnlee : Jearme la Quentine. 
La reine de Navarre, dans ses Nouiielles, n'a pas dedaigne de 
reproduire ce morceau, ce dont on la loue; mais elle le gate un peu, 
a notre sens. Jeanne la Quentine est femme de; Thomas Quentin. 
Elle apprend que son mari, en secret, frequentait une pauvre lille 
a Iileresse de laine au rouet n. Jeanne prend patience, puis senquiert 
de la demeure de sa rivale. Elle va chez elle et la trouve dans le denü- 
ment, n'a-tant pourvue a ne de busclie, ne de lart, ne de chandelle, ne 
a de huille, ne de charbon, ne de rien, fors un lit et une couverture, 
a son touret et bien pou d'autre mesnage.  Ma mie, lui dit Jeanne, 
a je suis tenue de garder mon mary de blasme, et, pour ce queje 
u scay qu'il prend plaisir en vous et vous aime et qu'il repaire ceans, 
e je vous prie que de luy vous parliez en compagnie le moins que 
a vous pourrez, pour eschever son blasme, le mien et de nos 
a enfans, et que vous le celiez Je vostre part, et je vous jure que 
a vous et luy serez bien celes de la moye part, car, puisqu'ainsi est 
a qu'il vous aime, mon intention est de vous amer, secourir et aidier 
w de tout ce dont vous aurez a faire, et vous Fapparcevrez bien; 
u mais je vous prie de cuer que son pechie ne soit revele ne publie. 
u Et pour ce queje sgay qu'il est de bonnes gens (de bonne maison), 
a qu'il a este tendrement nouri, bien peu (repu), bien chauffe, bien 
a couchie et bien couvert a mon povoir, et que je voy que de luy 
a bien aisier vous avez pou de quoy, j'ai plus chier que vous et moy 
e le gardiens en sante que je seule le gardasse malade. Si vous prie 
a que vous lamez et gardez et servez tellement, que par vous il soit 
u refraint et contregarde de viloter ailleurs en divers perils ; et, sans 
e ce qu'il en sache riens, je vous envoieray une grant paelle pour luy 
e souvent laver les pies, garnison de busclie pour le chauffer, un 
a bon lit de duvet, draps et couverture selon son estat, cuevrechiefs, 
e orilliers, chausses et robelinges nettes; et, quant je vous envoie- 
a ray des nettes, si menvoiez les sales, et que de tout ce qui sera
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.