Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-978918
ROBE 
9156 
w bizettei (Fargent dore trait ou il a quarante et petites couronnes 
a et lys entre deux; garnye de petiz ztnnelez d'or on la poutrine et 
i: es manches aveoques les esguiliettes pour fermer, garnyes 
n d'or? v C'est lit, il est vrai, un vetement royal; mais Charles V, 
quoiqu'il aimät le luxe, ne cherchait point ä se distinguer des per- 
sonnes, de sa cour par la somptuosite exageree des vetements. Au 
contraire essayait-il de moderer les exces en ce genre qui se produi- 
soient dejä de son temps. Aussi, des qu'il fut mort, les abus ne con- 
nurent plus de bornes, et rien negalc le faste des habits de la. cour 
de Charles Vl, avant les derniers desastres de son regne. 
  "R?  X 
I w    
1M  
If Wflliifää  
   w]? 11 
 1 lÜylhfAAfl  
IL   V Ejfäüf 
fil 11 MÜL kV-W   
Kif Il: Mlmw  a 
 V? MMMW 
   
Dejii, sous le preeedent rogne cependant, le luxe des vetements ä la 
cour et ä la ville otait l'objet des remontrances du cierge el, (les sati- 
res des poütes. Ce luxe gagnait la bourgeoisie, qui seüorgait (limiter 
la noblesse. Il n'y avait pas de petite bourgeoise qui ne pretendit 
avoir une garde-robe montee de tout point, non-seulement du noces- 
saire, mais de toutes les superfluites 51 la mode alors. (Tetait une lutte 
de vanite : 
ikisctte, sorte de guipure. 
 Invent. du träsor de Charles 
3142.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.