Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-976158
JOYAUX 
112 
serväe jusqu'au xvl" sioole; quant 51 colle que donne la Iigurc 3, elle 
clisparait vers 1465. Sur lajournade comme sur le corset, les älägants 
passaient souvontuno chainc d'or faisant plusieurs tours et tombant 
assez bas par derriäre comme par devanl. Au total, ce vütemeul, 
lorsqu'il filait garni de manches, älait commode pour chevaucher. 
On portait aussi lajournade par-dessus l'armure. 
JÜYAUX, s. m. pl. Des Fepoque gallo-romaine, le luxe des joyaux 
etait pousse tres-loin. Les populations de la Gaule ont toujours ma- 
nifeste un gout prononce pour les ornements d'or et d'argent, pour 
les couleurs voyantes. Les invasions des barbares du nord-est, loin 
de contribuer a etouffer cet amour pour les joyaux en Occident, 
ne firent au contraire que le developper, et sous les Merovingiens 
les vetements civils, les vetements militaires et les armes etaient 
ornes de bijoux d'or qui, bien que barbares au point de vue de la 
fabrication, n'en etaient pas moins d'une grande valeur intrinseque. 
Sous les Carlovingiens, les rapports frequents de l'Occident avec 
Byzance repandirent en Italic et dans les Gaules quantite de bijoux 
precieux, fort recherches par la noblesse jusqu'au x11" siecle; et 
alors la fabrication de ces objets avait acquis, meme en Occident, 
un degre de perfection remarquable. 
[l y eut, au commencement du Xllle siecle, reaction, et, bien que 
le motif de ce changement, assez brusque, dans les modes, ne soit 
pas facile a expliquer, c'est un fait sur l'existence duquel les monu- 
ments ne peuvent laisser de doutes. Pour les vetements, comme dans 
l'architecture et les arts de luxe, il y eut un mouvement tres-pro- 
nonce vers la simplicite des formes et la sobriete des ornements. On 
portait peu de bijoux de corps des le commencement du Xllle siecle, 
relativement aux epoques precedentes. Le haut cierge seul semblait 
conserver le privilege de ce luxe; mais il etait passe de mode chez 
les laiques vers le milieu du XIIIÜ siecle. Saint Louis n'aimait pas voir 
les gentilshommes, autour de lui, pares de ces joyaux ruineux qui 
excilaient la convoitise. Lui-meme affectait une extreme simplicite 
dans ses vetements. Mais, au XIVÜ siecle, maigre les edits somptuaires, 
la noblesse se reprit de passion pour les joyaux de prix, et sous 
Charles V et Charles VI ce luxe setait developpe d'une maniere scan- 
daleuse. Les malheurs du commencement du xv" siecle rulentirent 
forcement les exagerations de cette mode, qui eut encore une epoque 
brillante sous Charles VII, Louis XI, Charles VlII et Louis XII. 
Nous ne nous occuperons ici des joyaux qu'au point de vue de leur 
application aux vetements des deux sexes.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.