Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-977900
169 
rnmm ÜYFRES 
siens solennelles. Sous Charles V, cette mode pFÜVitlLll et ne fit que 
se developper jusque sous le rogne de Louis XI. Ccs habits d'ap- 
parat etaient appeles parements. Ils consistaient en surcots, houp- 
pelandes, manteaux, chapes, et elaicnt portes aussi bien par les 
hommes que par les femmes nobles. Les livrees etaient aussi alors 
des habits de parement (voy. Livnnn). Cette mode bizarre, qui con- 
sisluit ä se vetir de son blason, entrainait 51' des depenses conside- 
rables, car il fallait faire tisser expres, broder ou assembler les 
pieoes de l'eau, pour obtenir Fetolfe necessaire a l'habit de pare- 
ment; et, dans ecs etoffes, l'or et l'argent entraient naturellement 
pour une forte part, puisque ces metaux participent forcement fi la 
composition de tout blason. 
(Je fut sous le regne de Charles Vlll que cette mode fut aban- 
donnee, et les parements ou habits blasonnes ne furent, plus portes 
que par les rois d'armes jusqukä la {in du dernier siecle. 
PASSANT, s. m. Bielle ou anneau de la boucle oppose 51 Fardillon, 
eL servant ä l'arretex' en meme temps qu'il lnainLient la ceinture. 
Quelquefois aussi un passant est independzlnt de la boucle, et con- 
siste en une petite frette läche, de meml, dI-loffe ou de cuir. 
Les passants de la boucle, ou independanls, ont ete souvent traites 
d'une fagon tries-riche pendanL le moyen zlge, ornes de pierrories 
el; ünement cisoles. Mais c'est surtout avec le velernent nlililaire que 
l'on portait de ces ceintures avec laoucles, passants et mordants 
d'une grande richesse. (Voyez, clans la partie des Annns, le mot 
CEINTURE.) 
PATENOTRES, s. l". (gnttcnostres). Chapelet compose de grains 
enliles et que l'on fait passer entre les doigts en disant les prieres 
qui commencent par le Pater noster. Les patcnotres etaieilt fort en 
usage pendant le moyen tige. Les hommes aussi bien que les femmes 
en portaient dans leur escarcelle ou pendues il la ceinture. Les reli- 
gieux reguliers, ä plus forte raison, avaient-ils des patenotres sur 
eux en toute circonstance. A dater du xnrf siecle, ces chapelets etaient 
souvent d'une grande valeur, faits de grains d'ambre, de cristal de 
roche et meme dc pierres tines. Mais c'est pendant le xiv" siccle 
que le luxe des patenotres, comme de la plupart des joyaux de corps. 
prit un grand devcloppemcnt. Dans l'inventaire de Charles V, il est 
fait mention de pzitenotres tres-precicuses : a Unes patenostres d'or 
ff ou 51 cinquante-deux frezettes, huit perles dcscosse et ung saphir. 
(t Et ausrlictes palenoslres pend une croix mellee de llcurs de lys 
n".  22
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.