Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-977897
PAII 
EMENT 
168 
tenter de l'attacher avec trois epinglcs. Le nombre de quatre croix 
indique par Guillaume Durand 1 est souvent depasse sur les monu- 
ments figures, mais le pallium est toujours blanc. Ses bouts sont plus 
courts vers la lin du xive siecle, et ne tombent guere quejusquuu- 
dessous du nombril. 
Les trois epingles indiquees ne paraissent pas toujours portees, 
ainsi qu'il est Liill ci-dessus, et souvent le pallium est-il fixe par une 
opingle sur la poitrine, et les deux autres sur chaque epaule. 
Quoique le pallium füt un signe de Farchiepiscopat, il arrivait quele 
pupe le refusait äi un ZIFCllGVGtILH-J qu'il croyait indigne de le recevoir. 
C'est ainsi qu'il fut refuse ä Parcheveque ltlauger, oncle de Guillaume 
le Conquerant, (Papres l'avis müme de son neveu 2. 
PAPILLOTE, s. f. (papillocte, paillote, paillette). On designait par 
ce mot de petits branlants d'or lres-legers qu'on fixait aux extre- 
mites des plumes, au bord des voiles transparents. Des le 11111" sicclc, 
on ornait les chapels de plumes de paon. Ces plumes etaicnt ornees 
de ces parcelles d'or qui brillaient 51 chaque mouvement de 1a tctc. 
Cet usage ne fit que se deveiopper avec le luxc des vetemonts. Au 
xv" siecle, on voit sur les miniatures des manuscrits les papillotes ou 
paillettes d'or tres-frequemment attaohees a Fexirernite des barbes 
dos plumes posces sur les chapeaux: a Un chappel de plumes de 
a paon, papillotees de pnpilloctes d'or 3. n Les velements etaientaussi 
ornes parfois de ces agrements d'or en faqon de bordures ou sur les 
epauies, principalement a la lin du xrv" siecle. Ces petites lames d'or 
battu ailectaient la forme de besants (paillettes), de gousses de pois, 
de triangles, de croissants. 
PAREMENT, s. m. (Yätait par ce mot qu'on däsignait un habit 
armoyä. L'usage d'appliquer les armoiries ou piäccs d'armoiries 
sur les habits ne remonte pas au dela de la seconde moitie du 
XIIIÜ siäcle. EtaiL-il rare, a cette äpoque mäme, que l'on mit des 
piizces d'armoiries sur les habits civils. On ne les appliquait guäre que 
sur les celtes d'armes, soit en causant Fäcu en plein sur cette colle, 
soiteny brodant des picäces de Fäcu, {leurs de lis, lions, lbopards, 
besants, aigleltes, etc. C"est vers le rägne du roi Jean que l'on com- 
menga de porter des habits armoyäs pendant certaines occa- 
1 Rulionale divin. uffic. 
2 Guillaume de ämihicrs, Vie de Guillaume 
if Invent. des (lues de Bourgogne (M261). 
Conquärafzt. 
le
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.