Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-975758
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-977769
'lää 
IRFIEOIS 
sizisliques ne laissent pus d'en montrer une cerlaine quanlile d'une 
exlreme richesse et d'une charinunLe composilion. Les chasuliles, 
chapes, aubes, etoles, manipules des eveques, etaient garnis d'or- 
frois, dans lesquels les pierreries se trouvaient enchzissees dans la. 
broderie. Cependant, au commencement du Xllle sieele, bien que les 
orfrois des vetements eeclesiastiques prissent dejäi un CüFaClÜFB 
occidental, on retrouve encore dans leur eomposilion quelque tradi- 
r;  
"N15 
IFWJW '11 1 u   XI  u. ' 72v; "W, 
  "  hfav"  w v1 
Ü-Lxiaxwlxwiitllillfwkjg-1M 
H '51" Un",  "W H hl": 1-"  nm" w m? l _ mmvlf 
Ügw m1 1h11, UUHEÜLJ   MML m 
 UÄÜ M wqw f wJwiJlaa-w m v". ,  . 
H ,;JV1u1a1fhIÄÄApsh?glJw-Hr "U ffww! 
tu   mu Mg";  wuguu HUJWII MAL   {JIM Nm n 
 
Lions orientales. Ainsi, la statue tombale de bronze, de Peveque 
Evrard de Fouilloy, fondateur de la cathedrale dlltmiens, mort en 
1223, montre un orfroi de bas d'aube (fig. ä), dans la composition 
duquel se trouvent ces oiseaux affrontes si eommunement figures 
sur les etolTes faliriquees en Orient pendant le xne siecle, et des 
couronnes opposees. Cette [igure est moitie de Pexecution. La bor- 
dure de Famiet du meme eveque (fig. 6 1) est deja d'un dessin dont le 
earactere est vraiment occidental. 
Tous les artistes connaissent les beaux orlrois qui ornentles habits 
des eveques et des pontifes, dont les statues se dressent sous le 
porche nieridional de la cathedr-ale de CllEtPlTCS (fig. 7 2). On obser- 
vera que dans ces compositions dominent les combinaisons geome- 
triques. Ges statues (latent de 1230 environ. Les pierreries se melent 
avec beaucoup d'art aux laroderies; elles näitaient souvent que des 
gouttes de verre colore posees sur paillon, car dans les sepultures 
il n'est pas rare de trouver de ces verroteries au milieu des debris 
pourris de Fetoffe. 
Un peu plus tard, cfest-a-dire vers 1950, les orfrois des vetements 
1 Voyez, 
lig. 28. 
2 Dloilif 
pou: 
Diciionn. 
zfnrchit. 
arliclc
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.