Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1189075
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1189816
BLIAUT 
bliaut. Les cheveux, tries-longs, reunis en deux grandes meches avec 
des rubans ou des galons, descendaient devant les epaules (voy. Cow- 
FURE). Cet habillement de femme avait ete adopte, comme nous 
l'avons dit, peu apres les premieres croisades, et paraissait alors, 
aux yeux des conservateurs des anciens usages, de funestes innova- 
tions. Ces critiques ncmpechereui point cependantla mode des bliauts 
a longues manches et a corsages ajustes de se perpetuerjusquaux 
dcrnieres annees du xne siecle, en exagerant encore, et la longueur 
des manches, et la richesse des ceintures, et les formes elroiles des 
corsages. 
Dans ses memoires ecrits vers 1'120, Fahbe Guibert de Nogent 
S'exprime ainsi a Fegard de ces modes encore nouvelles alors i : 
K Leurs vetements (des femmes) sont bien loin de l'ancienne sim- 
plicite; des manches larges, des tuniques etroites, des souliers dont 
la pointe se recourbe a la mode de Cordoue; tout enfin nous montre 
avec evidence l'oubli de toute decence. Une femme se croit parvenue 
au comble du malheur quand elle passe pour n'avoir point (l'amant, 
et c'est pour chacune un litre de noblesse et de gloire, dont elle est 
tiere, de compter un plus grand nombre de tels courtisans. w 
Les etolfes dont on faisait les bliauts nüätaient pas toujours 
unies, mais brochees d'or ou tissees de soie de couleurs differentes; 
toutefois, ces etoffes conservaient la souplesse et devaient etre fines 
et legeres de tissu (voy. Erorrs). 
La coupe de cet habillement et la maniere de le porter ne subirent 
que de legeres modifications pendant la duree du xue siecle : 
D'un hliaxlt yndc crusilliüe 1 
A merveilles bien cutaillid, 
A son col out mise une afic 
Eurinut 
1'11"23 par descurc le hliaut 
A Quint .j. centuriel de soie, 
En quel onqucs lieu que je soin. 
Oseroic dire pour voir 
Que Wnsligazts de son avoir. 
nizol-  
liv. l, trad. tic VM- (SIM et suivJ.  ame de Corbüll 
 1 Vie de Gul.be,.t de Noyflfgiwde m violet-te, niais portail de Noix: glpdrieure de son 
2 8eme de vfoisetws (Ronm statue de fume nerrerics ä la feu 
3 Uuc Hgfafm En enxclx-il-Lälllairl? CHPiChlC ÜÜ 1 
porte une grande agrafe  
corsage.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.