Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1189075
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1193238
367 
nfnmf 
culicrement cette apparence crepelee que les statuaires du xne siecle 
ont si Iidelement rendue. u Une chose remarquable n, comme le fait 
observer M. Hedde, a c'est qu'en 1817, M. Bancal, de Saint-Cha- 
e mond; en 1890, M. Beauvais, de Lyon; en fl83ä, MM. Grangier 
fi freres, de Saint-Cbamond, prenaient des brevets d'invention pour 
a la fabrication des diverses etoffcs qui se trouvaient dans les 
l- feuillets du manuscrit de Theodulfe t. n 
On sait le gotit que les Gaulois manifestaient pour les etoffes 
rayees et a carreaux, qui devaient ressembler beaucoup aux 
ctotfes ecossaises de nos jours. Ces etoffes rayees de soie ou de 
laine se retrouvent designees dans les textes anciens du moyen 
tige, et representees frequemment sur les miniatures des X110 et 
Xllle sitcles. Souvent les couleurs de ces rayures (suivant la trame) 
sont fondues l'une dans l'autre, blanc rose raye de gris bleu passant 
dans le blanc, jaune-paille et rouge? 
Ces eloffes races sont encore mentionnees dans les comptes et 
inventaires du XlVe siecle. A cette epoque aussi, la mode des etoffes 
ecbiquetees etait assez repandue, particulierement pour les cottes 
d'armes. Mais il est evident que les tissus preferes, consideres comme 
les plus beaux, etaient ces pailes ou draps d'or, dest-a-dire tisses 
de soie d'une couleur et d'or. L'or formait des dessins, des Fleurs 
et feuillages, des rosettes et croisettes, des roues, des animaux, des 
llammes, des rayures en travers, des semis. Les miniatures des 
manuscrits des X1118, xiv" et xve siecles fournissent un grand nombre 
d'exemples de ces tissus, dont le fond uni est plus habituellement 
couleur pourpre clair ou fonce, ou bleu, plus rarement vert, plus 
rarement encore blanc ou noir. La planche lX donne en A un frag- 
ment d'une de ces etoffes de soie avec animaux d'or dans la trames. 
Ces draps d'or, ou a or battu  paraissent avoir ete en France tres- 
rarement composes de plusieurs couleurs et d'or, mais d'or sur 
un ton uni, ou d'un ton uni sur or. En ltalie, au contraire, ou l'on 
1 Notice de M. lledde dejä mec. Voyez aussi, ä ce sujet, Recherches sur le COMWlCFCE, 
lu fabrication et l'usage des ätoffes de sozigflor et d'argent, par M. Francisque Michel. 
2 Voyez le manuscr, de la Biblioth. nation, grand Psautier latin (prenüeres annees 
du 1m10 sieele). 
 Fragment, trdsor de la catlieilr. de 'l'royes (X1118 siecle). Voyez aussi le retable de 
saint Germer, deposü au musüo de Clnny. 
" On sait qu'aujourd'hui l'or habituellement employe dans les etoifes est compose 
d'une lame d'or ou d'argent dore enronlant en spirale un {il (le soie ou de coton. Alors, 
comme dans la plupart des etotfes orientales, l'or 01111110316 dans les tissus etait une lame 
d'or pur Lrirs-ilüliee, passant dans la trame.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.