Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1189075
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1193167
i iffrorrus l  362  
c que il oL a Lions, au sacre notre pere le  w  a Pour 
a 3 kamokaus azurez, brodez dessus des armes de France, delivrez 
a a Jehitn le Bourguignon, le une jour de deeembre, pour faire une 
a cote et fl mantel a la royne, 81. pour piece. vallent 24 l. 1. D 
Uetolfe hrochee que donne la planche VIII ne parait pas appar- 
tenir, par le style de son dessin, a la fabrication orientale. Quant 
aux patios de Damas, bien que divers auteurs aient pretendn que 
les etoffes provenant des fabriques de cette ville aient ete iniportecs 
en Occident des Fepoque merovingienne, il n'en est fait mention 
chez nous qu'au xiv" siecle. ll est vrai qu'on donnait alors le noin 
LlB poilus de Damas a des etoifes qui ne paraissaient pas avoir de 
rapport avec ce qu'on appelle aujourd'hui damas, mais il. des tissus 
de soie de diverses couleurs ou broches. a des broearts d'or et; 
d'argent : 
01' chevauche le roy du Chippre, 
Qui n'est pas vcstuz du drap (Ylpprc, 
Hais d'un drap d'or fait h Dzunus 2. n 
Du reste, les textes ottrent les plus etrauges confusions, s'il s'agit 
de designer les provenances des etoffes orientales. Il est parfois 
question de pailes (Ylnde, et meme iletoffes, qui proviennent d'une ile 
haibitee seulement par des femmes dirigees par des fees. Les etotTes 
de soie changeantes sont souvent celles quipassentpeur etre fabriquees 
par ces ouvrieres privilegiees ou par des nains. Des le x11" siecle, 
les etotfes a rellets changeants etaient connues 3, ainsi que le marque 
un passage d'Alain de Lille. Elles etaient tres-cornmunement em- 
ployees, pendant les x1v' et xve siecles, dans les habillements des 
femmes, et alors on en fabriquait a Venise, dans quelques villes 
itltalie, en Espagne et nieme en France. 
Parmi ces etotTes de soie, il faut citer le siglaton, qui semble 
avoir les mornes qualites que le samit et servir aux inemes usages : 
Varocher fuib 
Puis revcstir 
dcspoillicr environ, 
d'un riche syglaluu 
i Ibir1., 20 section, art. fi. 
B Guillnunxe de Machau, la Prise  
11 On sait que ces miroitements varies de tous sont ohleuus par 
leur et une ehaine d'une autre. 
' Macaire, vers 2317 (xnw siecle) {les Anciens Poätes de la 
direct. de M. Gnessard). 
110 d'1 
pubL 
une Lral 
France, 
ne cou- 
sous la.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.