Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1189075
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1192790
333 
DEUIL 
persistajusqua nos jours. La forme des habits de deuil ne fut pas 
toujours la meme que celle des habits ordinaires; on les tint longs 
et amples, ne laissant; voir tout au plus que le visage. On supprima 
les bijoux, les broderies, la soie. Toutefois, il ne parait pas que 
cette coutume fut admise d'une maniere reguliere avant la lin du 
XIVÜ siecle; et les usages des peuples eonquerants des Gaules persis- 
terent assez tard. 
Les Germains ne pensaient pas qu'il eonvint aux hommes de 
pleurer sur les morts, et ils laissaient aux femmes ces marques de 
faiblesse t. On retrouve les traces de ces moeurs viriles jusque dans 
nos romans des xne et X1110 siecles. Et chez les femmes moines, 
en dehors des marques immediates de la plus violente douleur, il 
ne semble pas qu'il y ait la pensee de manifester les signes de cette 
douleur dans les habits. Quand Raoul de Cambrai, mort, est rap- 
porte sur son eeu par ses compagnons d'armes dans le palais de 
sa mere, le bruit de cet evenement se repand partout : 
H A ces paroles vint Helvis sa mie 
H Ahevile ot en droite auccserie f. 
u Cele pucele fu richement veslie 
a EL afuhlde d'un puile de Pavie. 
u lilauzvlie char oL (romme {lors espanic ; 
u Face vcrincllc comme rose eoulnrie, 
w Qui bien Vesgarde vis est quetez jors rie. 
u Plus hele famc 11e fu onques en vie. 
w E1 moslier entre POIIIIIIO femme esmurie 14 
w lsuelement ä haute vois cscrie : 
1-  Sire Raous, comme dure departie i l  
Ainsi, la maitresse du jeune comte est richement velue lorsqu'elle 
vient au moustier ou le corps est depose. Mais les lamentations 11e 
font defuut ni il. la mere ni u la liuneee; l'une et l'autre se pfunent 
plusieurs fois devant ce cadavre ensanglante, dont elles veulent voir 
et compter les plaies comme faisaient leurs uIeules les Germaines i 
11- Supulcruru cespes crigit: nluuuxxxculorn 
gravem dcfunctis, adspernantur: lamcnta a: 
tarde ponunt; fenlinis lugorc houcstuxu est, 
1p. xxvu.) 
2 u Par droit du succession n. 
m awillunl et 
lacrymas cito, 
viris nlcxxlixlissa: 
rcvosum honorcln, ut 
dolorenl et lristilialn 
w (TEIÜÜIC, Germania, 
3 u Affligüe v. 
" Li Ronzavzs de Raoul de Canzbrni (lin du xne siüch 
fi a Ad nlatres, ad coujugos vaincra fcrunt : ncc illm 
pavenL.  w (Tavitc, Gcrznrznia, r-ap. vu.) 
lgcrc 
[Ilälgqs
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.