Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1189075
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1192204
{SET 
274 
if question. (l'est dans une lettre de remissioil de lannee 1359 : 
(l Ostcrcnt avec ce aus dtctes femmes troys jupons appela: corse: 1. l) 
C'est qu'en effet il etait alors assez difficile de distinguer le corset 
(robe de dessus)des femmes de la robe de dessousLa coupe etait a peu 
pres la meme ; le corset etait juste a la taille comme la cotte ou robe 
de dessous; il avait une jupe ronde en cloche. Or, le mot robe ifetait 
qu'un terme general et s'entendait comme tout vetement long. Ainsi, 
pour chemise on disait souvent robe-linge : a Jehan le Bas fust con- 
a dempnez d'aler des prisons tout nu en rOIJe-linge par toute la ville 
a et lieux publiques de Montpellier (1392)? De meme aussi appe- 
lait-on robe tout vetemcnt a manches d'homme et de femme qu'on 
donnait a certaines occasions, comme une sorte de livree, aux per- 
sonnes qui faisaient partie de la suite d'un grand seigneur. Ces robes 
etaient, ou des cottes-hardies, ou des corsets, ou des surcots, pelisses 
et manteaux. Les mots jupes et jupons pouvaient donc beaucoup 
mieux titre appliques au corset de femme que le mot robe, trop 
general, par des personnes etrangeres aux usages de la toilette. 
Voici (fig. 7) un corset de dame noble vers 13203. Ce vctement 
n'est autre chose qu'une robe de dessus. Il est decollete tout autant 
que la robe de dessous, et colle sur la poitrine et aux epaules. Les 
manches sont montees avec epaulettes qui renforcent le corsage au 
point ou il pourrait glisser sur les epaules, en bridant un peu celles-ci. 
Ce corsage est lace par derriere, ainsi que Fetait le bliaut du 
xnH sieclc. A partir du coude, les manches ne forment plus que des 
bandes etroites tombant jusqula terre et doublees de fourrure, ainsi 
queirtout le vetoment. Ces manches sont meme parfois (vers 1340) 
comme de veritables rubans minces, entourant le bras au-dessus de 
la saignee et tombant jusqu'a terre (voy. Corra, fig.  ces 
bandes ne sont pas toujours de la meme couleur que celles du corset, 
mais sont doublees de fourrure. Au-dessous de la taille, sur le de- 
vant de la jupe, sont menagees deux ouvertures dans lesquelles on 
passe les mains comme dans un manchon, pour les tenir chaudement; 
elles permettent de relever le devant de ce vctement lourd, puisqu'il 
etait fourre, et dont la longueur eut gene la marche. (les corsets 
du commencement du XlVe siecle, tres-decolletes, etaicnt completos 
d'un chaperon qui, comme on sait, pouvait, lorsqu'on Fenfourmait, 
couvrir completement les epaules (voy. CHAPERON) : a Ledit Robert, 
J. reg. 87.110 221. 
Ifubrz, cn italien, s'entend 
Llmcelot du Lnc, mauuscr 
l 
2 
3 
m1: tu 
aliotll. 
11m 
lli! 
t ami" 
impülu 
llKlIlSpONil 
franrjais (1 
hlu. (Voy. du (lange, 
320 environ).
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.