Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1189075
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1191530
207 
COIFFURE 
Vostre afublcr est comme un grant cabas ; 
Bourriaux y a de coton et de laine, 
Autres choses plus qu'une quarantaine; 
Frontiaux, filez, soye, espingles et neux; 
De les trousser est ä vous lres grant pains; 
Rendez l'emprunt des estranges cheveux. 
Faictes vo eliief des vostres proprement. 
Sanz faire ainsi 1a torche depesas, 
Sanz adjouster estrange habillement, 
Quo cicstrousser fault, C0111 jument ä bas. 
(Ihuscune nuit, et jetter en un tus, 
Puis au matin fault retrousser sensnigne, 
Aide avoir; l'oeuvre d'une sepmainc 
Y convient bien, et qu'on1 soit deux et deux 
A ce trousser; pour tei chose villaine, 
Rendez l'emprunt des estranges cheveux. 
Onques ne fu si lourde afublemeul, 
Ne si cornu visaige faiL de chas (üchafamldüj 
Et si dcsplaist ä tous commuudnxent, 
Tel chicf fourrd d'eslrangc chanvcuas; 
Cornes portez connue font les lymas. 
    
Du voslrc poil; d'autre ne vous souvicngne; 
(lslcz du tout ces graus hurcs bcleux 
Qui vous dclfont; nulle plus ne les praiugm 
Rendez Fempruut des eslrangcs cheveux. 
ENYUY 
Jeusnes dames cnvoy lele lriquedundaine 
Ne portez plus; aux vielles en convicngnc. 
Soit vos atours humbles ct gracieux, 
Plaisans ä touz, Dieu en hien vous mainliengm 
(Jar raison dit qui veult que tout le craigue : 
Rendez l'emprunt des eslranges cheveux. v 
Si, tout au long, nous avons cite cette ballade, c'est qu'elle mot 
en lumiere quelques details interessants. D'abord, comment les 
femmes faisaient abus des faux cheveux; comment elles se coif- 
filient chaque jourl; comment ces coiffures elaient monlees par des 
l On su fait trop souvent, sur tu muyuu aigu, les idües les plus fausses. blzaintcs fois, 
110118 avons entendu dire, devant les statues qui nous rcprC-sentcut des personnages du 
"me Ülwmlmquo u ces gens-lit ndevaicut se fuirc coiffer une fois la semaine, ainsi que C811 
S0 Pratique dans quelques coutrccs de Fltalie chdries des peintres. Or, les vers cFEustache 
Deschamps disent u qu'il fallait d6truussui' cet attirail connue on (lüsharnache sa jument, 
chaque nuit, et lu rcnmutcr tous les ruutins v.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.