Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1189075
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1191527
COIFFURE 
206 
Le detail 24 bis donne la forme de ces agrafes. On peuL croire que 
ce nRä-tait point une petite affaire de monter une pareille coiffure, 
et que cette operation devait demander beaucoup de temps. Il eLait 
z4 lu   
fmqjä;  
  YäÄÜÄÜH,f;WfÄ' ' 
, _tmixägwwf{Wilfywf , A; 
W Wwwwjlu,   x14, 
  {w   M-f 
   m] 
w, ifw"  
    
Qyjf yv      X  
 1P Jzlzizaii-xkififit, v,  
 23 1j,1]Ufwwwfiääifkfzkflv v.  X 
P4?  __vv;Wuwfftyzmazyyx 
alors de mode. chez les dames, de degarnir le front autant que 
possible. Un front uni, bombe, large et haut, passait pour une 
beaute, et toutes les dames de qualite sarrangeaient pour posseder 
cet avantage. Cette coiffure est celle de la duchesse Anne, dauphine 
d'Auvergne, comtesse de Forez, qui epousa en 4371 Louis Il, duc 
de Bourbon, comte de Clermont, etc., mort en 114101. Sur la cou- 
ronne (Forfevrerie etait emaillee la devise : Espärance. 
Pendant le X112 siecle, les femmes avaient abuse des faux cheveux. 
et, si l'on veut bien examiner les coiffures de cette epoque, on re- 
connaitra qmhabituellement le recours aux fausses nattes etait 
necessaire. Il y eut, au X1110 siecle, une reaction contre cet abus, et 
les femmes adopterent un genre de coiffure qui pouvait se passer 
de ces emprunts. Cela ne dura qu'un temps. Deja, vers la lin de ce 
siecle, on bourrait les resilles apparentes sous les chapcrons, et des- 
tinees a contenir la chevelure, de coton ou de laine, pour les rendre 
plus volumineuses. Cet usage ne fit que se developper pendant le 
XlVe siecle, et sous les regnes de Charles V et de Charles VI la mode 
des faux cheveux s'empara de nouveau des dames. Les epigrammes, 
les satires des poetes, les remontrances du cierge, comme toujours, 
ne tirent pas tomber une fausse meclie. Il est curieux, a ce sujet, de 
lire la ballade composee par Eustache Deschamps vers 1390. La 
voici tout au long; elle tranche dans le vif de notre sujet : 
Atournez-vous, mes dames, autrement, 
Sanz emprunter tant de haribourras, 
Ne de querir cheveulx cstraugcluent 
Que maintes fois rungent souris el rus. 
1 Celte statue est ddposr 
de Souvigny (Allier). 
dans l: 
vhapelle 
des ducs de Bourbon (li-pend: 
de l'abbaye
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.