Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1189075
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1191511
0205 
COYFI 
"URE 
d'importance et faisait parailre celles-ci maigres. Les dames de 
haut pavage trouverent donc une autre combinaison. Les nattes ou 
torsades ne furent plus prises derriere les oreilles, mais au sommet 
de la tete (Iig. 23). La chevelure (voy. en A le dessus de la tete, 
cote a) etant separee par une raie mediane de b en c, ces masses 
furent reservees aux deux torsades ou nattes. Quant a la partie 
inferieure des cheveux, egalement divisee de c en d, elle fut rame- 
nee en deux ondes sur les oreilles. Les extremites de ces deux 
ondes furent regulierement retournees sur les parties tombantes 
d'une coiffe. ainsi que le montre la moitie g. Par derriere, cette 
coiffure se presentait ainsi que l'indique le trace B : en h, avant la 
pose de la coiffe; en i, apres la pose de cette coiffe. 
La figure 24 montre celle coillure de face et laleralement. On voit 
Commenl les cheveux de loccipul sonL ramenes sur les oreilles, pour 
Se retourner regulieremenl sur la bande clYä-toffe qui descend de la 
Coiffe; comment (les agrafes passent dans les gmlses des torsades, 
Piiluenl leloffe de la coiffe. et saisissent le bourrelet que forme cette 
eloffe sous le rouleau extreme des masses ramenees sur les oreilles.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.