Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1189075
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1191503
COIFFURE 
2M 
le sommet de la tete. En E, on voit l'apparence que presentziit cette 
coiffure par derriere; parfois, au listel dorfevrerie etait attache un 
voile court, transparent, qui donnait de la legerete a l'ensemble 
(voy. en G). Nous verrons bientot comment cette coitTure se trans- 
forme sans abandonner son point de depart. 
Quelles que soient les variations de la mode, il est des conditions 
de goüt qui s'imposent, dans tous les temps, chez les populations 
naturellement douees de cette qualite. Il est difficile, lorsque les 
cheveux remplissent un role important dans la coitTure, de trouver 
exactement la limite qui doit etre assignee aux accessoires d'orte- 
vrerie ou detotte. La nature legere, irreguliere. chatoyante des 
cheveux s'allie mal avec la rigidite ou la regularite des pieces de 
parures, dont on les couvre ou qui les accompagnent; aussi, lorsque 
les begtiins, les cornettes, les couvre-chef commencent a se meler 
aux cheveux, on peut etre assure que ceux-ci disparaitront bientot 
entierement sous ces accessoires, qui deviennent des lors le prin- 
cipal. D'abord, avec ces pieces detoffes, on a le soin de meler aux 
cheveux des bandelettes, des chapelets de perles ou de pierres, pour 
etablir une transition; on est entraine a donner aux cheveux des 
23 
 xliv i 
  w A1: 
LW, r 
w 
x ÜÜTX. Läww! VÜÜITÄÜLWIÜUYWHVEIÄW. B 
v, : i, m   
Ä KÜMHÄWlimHHIUMMhVflÜWf_  
X ÜYVWVÄ   
N__ f  fi Hv pLWLQYL Llwgyhnlv f 1 
T1"  ILHIÜJÜIfIY-NWWHM;  l: 
  x    x l 
fL   f 1, 
formes regulieres; ils se couvrent de plus en plus de laijoux; puis 
enfin le bonnet, quel que soit le nom qu'on lui donne, les absorbe. 
Deja, sous le regne (le Charles V, les femmes enveloppant les nattes 
laterales dans des resilles d'or, qui les relient au laeguin de des- 
sousl; mais ce genre de coiffure parut bientot trop sec. Les nattes 
ou torsades, ramenees derriere la nuque, remontant verticalement 
le long des joues, ne se mariaient pas d'une facon agreable avec les 
courbes du visage. La coiffe (Fetoffe, sous les torsades, prenait trop 
1 Voyez la statue de Jcunue 
Elestins, aujourd'hui [mlaväc  
de Bourbon, femme de Charles V, 
lansla Phapelle de (Ihnrlvs V, ä Sai 
du pnrtai 
provenant 
nt-Donis.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.