Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1189075
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1191234
179 
COIFFURE 
La tonsnre elail, sous les Merovfingiens, une marque de servitude, 
et en se faisant raser tout ou partie des cheveux, ceux qui entraient 
dans les ordres se rendaient ainsi serfs de Dieu. Lorsqu'un homme 
libre etait oblige de vendre sa liberte,  si, par exemple, il ne 
pouvait payer ses creanciers,  comme marque de sa decbeance 
on lui coupait les cheveux. 
Le soin que les conquerants des Gaules avaient de leur chevelure. 
la vanite qu'ils tiraient de cet agrement, ne pouvaient guere s'accor- 
der avec les idees que le cierge attachait aux avantages corporels. 
Sur ce point, comme sur beaucoup d'autres, les Peres, les conciles, 
les eveques pretendirent reagir contre les habitudes paiennes  et 
l'on sait quels raftinemenls les Romains et les dames romaines 
apportaient dans l'art de se coiffer. Deja, au v0 siecle, Synesius, 
eveque de Ptolemais, setait eleve avec une violence extreme contre 
les longues chevelures que portaient les hommes de son temps. 
if Ceux-ci, dit-il, qui ont soin de leurs chevelures, sont des adulteres, 
H deseffemines, des victimes de Fincontinencem Tertullien n'est guere 
moins severe a l'endroit des personnes qui teignent leurs cheveux, 
qui s'en parent avec ostentation. Le concile de Conslantinople, en 
699., excommunia ceux qui ont des cheveux frises par artifice; saint 
Clement (hAlOXüHdTlG, saint Basile, saint Gregoire de Nazianze, saint 
Jean Cbrysostome condamnent les chevelures longues et frisees. Les 
eveques de l'0ccident ne se firent pas moins les censeurs de la parure 
des cheveux et des fausses chevelures. Il ne parait pas que les epi- 
grammes, les censures, les admoneslations, les exbortations et les 
menaces aient empecbe les hommes et les femmes qui vivaient dans 
ce siecle de se parer de leurs cheveux naturels, de les poudrer d'or, 
de les teindre, de les natter, de les friser, et au besoin de suppleer 
par de faux cheveux a ceux qui leur manquaient. Sur ce point comme 
sur beaucoup d'autres, la mode etait plus forte que les censures des 
les premiers siecles du christianisme. Nous prenons donc acte des 
protestations du cierge, en reconnaissant qu'elles ne furent alors 
d'aucun effet, et que la coiffure, parmi les laiques, principalement 
dans les classes elevees, fut, des Fepoque merovingienne, une des 
parties les plus importantes de la parure des deux sexes. Bon nombre 
de personnes se figurent volontiers que les fils de ces leudes francs, 
dont les moeurs etaient, en bien des points, si voisines de la barbarie, 
etaientvetus comme des sauvages et n'avaient que peu de soins de 
leurs parures. C'est la un de ces prejuges qu'on entretient chez 
110118 Sur le moyen age, prejuges demenlis par les textes. Mais sans 
remonter aux Merovingiens, ce qui serait sortir des limites de cet
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.