Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1184716
CHASSE 
G6 
cendu dans un sarcophage de pierre place sous la petite oglise de 
Saint-lllaurice. Sainte Clotilde fait rebätir sur ce tombeau une eglise 
plus grande avec une vaste crypte, et la dedie a saint Germain. Un 
des successeurs de Clovis fait surmonter le tombeau du saint d'un 
dais recouvert d'or et d'argent. En 8M , le tombeau est ouvert en 
presence de Charles le Chauve, et le corps est place dans un nouveau 
tombeau. Lothaire, fils de ce prince et abbe de Saint-Germain, fait 
faire peu apres une chasse magnifique, couverte d'or et de pierre- 
ries, pour y renfermer le corps du saint. Vers la fin du 1x0 siecle, la 
crainte qu'inspiraient les Normands fit songer a cacher cette chasse 
somptueuse, et probablement les reliques de Saint-Germain, qui jus- 
qu'alors etaient restees dans le sepulcre donne par Charles le Chauve, 
y furent renfermees. On augmenta, pour ce faire, la profondeur du 
caveau; on y descendit la chasse, et on la mit dans le premier 
sepulcre" de pierre ou le saint avait repose; lorsqu'on eut bien ma- 
conne le couvercle de ce tombeau, de maniere a faire disparaitre 
toute trace de sepulcre, on placa par-dessus un autre sepulcre de 
pierre dans lequel on deposa les morceaux du cercueil de cypres qui 
avait servi a la translation du corps de Ravenne a Auxerre. A la fin 
du x10 siecle, la chasse due a Lothziiire est exposee aux yeux du 
peuple. 
Quel que soit le plus ou moins d'exaotitude de ces recits,toujours 
est-il que le corps de saint Germain, depose d'abord dans un cercueil 
de pierre, en est extrait pour etre mis dans un coffre, une chasse 
transportable. Cet usage fut cause que la plupart des corps-saints 
trouves entiers dans leurs cercueils, entoures, comme celui de saint 
Germain, des suaires et vetements primitifs, une fois deposes dans 
des chasses que l'on pouvait facilement transporter et ouvrir,furent 
en grande partie disperses, divises en une quantite innombrable 
de reliques. Ce fut la premiere et la plus grave atteinte portee au 
respect que l'on avait pour les restes de ces defenseurs de la foi 
chretienne. 
Jusqu'au X1110 siecle cependant, on conserva aux chasses l'aspect 
de coffres, de cercueils qu'elles avaient eu dans l'origine. A cette 
epoque, beaucoup de ces anciennes chasses de bois, revetues de 
cuivre ou d'argent dore, faites pour soustraire les corps-saints au 
pillage des Normands, existaient encore; on semblait hesiter a de- 
truire ces enveloppes que les Iideles etaient habitues a venerer, sur- 
tout lorsqu'elles protegeaient les restes de personnages aussi popu- 
laires que saint Germain, saint Martin, saint Denis, saint F irmin, 
saint Marcel, sainte Genevieve, etc.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.