Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1188850
428. 
CONCLUSION. 
l'est guere moins de placer dans un salon une chaire de quelque 
seigneur du icvtisiecle. Ce que nous voudrions trouver dans nos ha-, 
bitations, c'est. une harmonie parfaite entre l'architecture, le mobi- 
lier, les veteinents et les usages. Lorsque nous voyons "des hommes 
habilles comme nous le sommes,_ assis dans des lattteuils du temps 
de Louis" XV, il nous semble assistera une reunion de notaires et 
de commissail'es-priseurs procedant a un inventaire apres deces. 
lividemment ces formes molles, ces couleurs tendres, ne sont point 
e-nharmonie avec nos habitudes et notre costume. Le signe le plus 
certain d'une civilisation avaneee c'est l'harmonie entre les moeurs, 
les diverses expressions de l'art et les produits de l'industrie. 
(6 Lllontre-"moi ton mobilier, et je te dirai qui tu es. w Or, si l'on 
s'en tenait a l'apparence, on pourrait prendre aujourd'hui de petits 
bourgeois pourdes seigneurs. Il est certain que, de nos jours, 1e 
sens moral s'est modifie. La resignation liere et digne est considerei: 
comme un defaut de savoir-vivre et la vanite un moyen de succes. 
Nous n'avons pas a faire ici un sermon ou un cours de morale, mais 
il est difficile de ne pas parler des moeurs lorsqu'on s'occupe des 
objets qui en sont la vivante expression. Ces meeurs du moyen fige, 
tant vantecs par les uns, si fort decriees par les autres, sont, a tout 
prendre, assez mal appreciees: comme citoyens d'un pays, nous 
valons mieux, il nous semble, qu'au moyen fige; comme hommes 
prives, nous sommes loin d'egaler les caracteres tranches, encr- 
giques, individuels, que l'on rencontre a chaque pas jusqu'au siecle 
de Louis XIV. La revolution de 1792 a laisse dans nos lois, dans 
nos habitudes et nos moeurs, une empreinte qu'aucun pouvoir ne, 
saurait effacer ; ce que nous ne pouvons comprendre et ce qui nous 
parait dangereux, c'est de ne pas admettre les consequences de ce 
changement dans ce qui touche a la vie journaliere. Vouloir imiter 
les habitudes de luxe, les idees etjtisqiüatix prejuges d'une epoquc 
separee de nous par Pabime de 'l'792, est au moins un travers. Nous 
possedons des qualites precieuses; nous possedons, a unhaut degre, 
le sentiment. des devoirs publics, comparativement aux siecles pie, 
cedents; nousavons la conscience de notre droit et de la justice  
nous sommes enfin en etat de distinguer le vrai du faux : pourquoi 
donc etouffer ces sentiments dans la vie privee, pretendre etre 
autres que nous ne sommes, et nous eramponner a ces vieilleries 
attxquelles personne, au fond, ne croit plus? Veut-on mesurer 
Pabime "qui nous separe de ces temps auxquels nous essayonsde 
revenir par un seul exemple? ce sera facile. N'allons pas au dela du 
xvtr siecle. Nous trouvons, en ces temps, des gentilshommes, gens
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.