Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1188822
CONCLUSION. 
425 
a  toutesfois deslaujourdliuy plus grant honneur d'avoir este 
a en telle escole (a llome) que ce n'estoitanciennement d'avoir 
a este en celle d'Athenes, remplie de tant et de si grands pliilo- 
a sophes ; voire tant plus un Frangois sera romanize, ou ilalianize, 
a tant plus tost il sera avance par les grands seigneurs, comme 
a ayant tres bien estudie, et pour ceste raison estanthomme de 
a service, par le moyen de ceste messinge de deux naturels; comme 
a si un F rangois de soy-mesme ne pouvoit estre assez mesehant pour 
a eslre employe en leurs bonnes affaires.  
Si la noblesse et la bourgeoisie vivaient dans des demeures 
bien pourvues de tout le necessaire et nieme du superflu, les petits 
marchands, les artisans, et surtout les paysans, n'avaient qu'une 
existence fort precaire. Dans les villes, le menu peuple habitait 
des chambres loue-es dans lesquelles s'entassait une famille entiere. 
Le menie lit recevait le pere, la niere et les enfants; ou bien, dans 
un angle de l'unique piece qui servait. de chambre a coucher, de 
cuisine et de salle, des cases superposees, comme des tiroirs, rece- 
vaient les membres de toute une famille, depuis l'aient jusqu'au 
petit-fils; de grands volets glissant sur galets fermaient ces lits 
poses les uns sur les autres. On peut se Iigurer ce que devaient etre 
ces interietirs, souvent exigus, donnantsur des rues etroites, dans 
lesquelles le soleil ne penetraitjamais, et traversees par un ruisseau 
puant et recouvert de planches ou de dalles disjointes. La peste, 
inconnue de nos jours dans les villes de FEurOpe, faisait invasion 
parfois au milieu de ces demeures et enlevait en quelques Jours un 
cinquieme de la population. Les ecoliers et les ouvriersfqui ne de- 
meuraient pas chez les patrons, eouehaient dans des maisons garnies, 
sur 1a paille ou sur des grabats lourmillant d'insectes. On peut 
encore prendre une idee de ce qu'etaient ces habitations, si l'on 
IiJZIFCOUFl, certains quartiers de Paris, comme le faubourg Saint-Mar- 
ceau, les alentours de Sainte-Genevieve, la Cite, et quelques-unes" 
de ces rues, heureusement devenues rares, qui se croisaient en 
tous sens dans le centre de Paris il y a quelques annees; Nous avons 
vu encore, dans la rue des Gravilliers, des Menetriers, Siinon-le- 
Franc, de la Grandeffruanderie, du Grand-Hurleur, du Mouton, ete., 
des maisons n'ayant que deux fenetres de facade sur la voie, habi-' 
tees par des familles nombreuses du rez-de chaussee au cinquieme 
etage, et dont tout le mobilier consistait en un lit, deux chaises, une 
table et un coffre, ne possedant qu'un escalier etroit, sombre, cou-' 
vert de boue et d'ordures, Beaucoup de menages n'avaient meme 
pas une cheminee pour faire cuire leurs aliments et devaient aller 
1.  54-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.