Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1188781
CONCLUSION. 
421 
c'est une imitation grossiere ou plutot un pillage des arts du Bas- 
limpire en Ocfzident ; mais les types subsistaient et pouvaient encore 
servir de modules. Il n'en est pas (le meme du mobilier antique, 
qui dut etre promptement detruit; sa fabrication exigeant des 
ouvriers habiles, instruits par des traditions non interrompues, 
etait tombec dans l'oubli. L'introduction d'un grand nombre de 
manuscrits byzantins, rfetoffes et d'objets fabriques en Orient, fut 
le point de depart des nouveaux artisans occidentaux, qui s'effor- 
ceront, non sans succcs, de reproduire ces types d'un art tres- 
avance, assez mal connu chez nous encore aujourd'hui, malgre les 
nombreux documents que nous avons entre les mains. C'est surtout 
dans les contrees formant le centre du gouvernement imperial de 
Charlemagne que 1'011 voit combien la renaissance byzantine des 
v111" et 1x0 sieclcs fut complete, et combien elle laissa des traces 
profondes ct durables. Le manuscrit d'Herratle de Landsberg souvent 
cite par nousl et qui datait du X110 siecle,nous laissait voir encore, 
dans ce qui touche au mobilier et aux etoffes, l'influence tres-pro- 
noncee des manuscrits anterietirs de l'ecole byzantine. Les quelques 
tlebris de meubles carlovingiens qui existent sur les bords du Rhin 
sont egalemcnt empreints des arts industriels de l'empire d'0rient. 
Mais les manuscrits grecs des V1", V11", vin" et 1x0 siecles, bien qu'ils 
soient nombreux, particulieremcnt dans la bibliotheque nationale, 
sont peu connus des gens qui s'occupent d'art, ainsi que nous le 
disions tout a l'heure; cependant c'est en examinant leurs precieux 
feuillets que l'on peut se former une idec de ce quWStait l'art 
byzantin : c'etait un art tres-puissant, beaucoup plus fort et vivace 
que ne l'etait l'art romain sous les derniers empereurs de Rome. 
L'art romain s'etait evidemment retrempe en shätablissant a 
Bvzancc, et quand on compare les manuscrits grecs des vue ct 
vin" siecles avecles derniers debris des arts romains sous Constantin 
en ltalie, on constate mieux qu'un progres : on reconnait une 
verittible renaissance, pleine de jeunesse et d'avenir, une verdeur 
sauvage, plutot que la decrepitude des derniers artistes de Borne. 
Ces elements, importes chez des nations barbares, devaient etrc 
beaucoup plus fertiles que ne l'eussent ete les traditions affaiblies de 
l'art romain occidental. Aussi la renaissance carlovingienne a cela 
de particulier quktant le resultzit d'une importation etrangerc, elle 
conserve cependant une seve pleine tfencrgie, (Yoriginalite, et se 
trouve en parfaite harmonie avec les mmurs de cette epoque. 
' Biblioth. 
de StrasbourgJärüld par les Allemands.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.