Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1188702
vnl: 
PRIVEE 
DE 
HAUTE 
BOURGEOISIE. 
M3 
chambrieres de quinze a vingt ans V(( pour ce que en tel "nage elles 
a sont sottes et nlont guere veu du siecle v) pres d'elle, en la garde- 
robe ou en chambre qui n'ait ni lucarne ni fenetre basse. Cette 
instruction se termine par ces mots :   Si est que se l'un do 
a vos serviteurs chiet en maladie, toutes choses communes mises 
a arriere, vous mesmcs pensez de luy tres amoureusement et 
a charitablement, et le revisetez et pensez de lui cil-d'elle tres 
a curieusement en avaneant sa garison, et ainsi aurez acompli cet 
a article.   Ü    
Ces extraits font assez voir qu'a la fin du xivt siecle la vie inte- 
rieure de la riche bourgeoisie ne differait guere de celle de la 
noblesse; mais si nous parcourons les parties de ce curieux livre 
qui traitent de la table, on sera surpris du luxe et des raffinements 
qui säätaient introduits dans la maniere de recevoirles hotes et-dans 
tout ce qui tenait a l'existence materielle. Cependant les maisons 
habitees parla haute bourgeoisie,par les gens de robe necontenaient 
pas de salles assez vastes pour permettre de recevoir un tres-grand 
nombre de convives. A l'occasion de certaines fetes de famille, 
comme les noces par exemple, on louait la salle meublee de quelque 
hotel seigneurial. Nous trouvons la trace de cet usage dans le 
ZlIä1zag-icr'..... a Sur quoi est assavoir que llostel de Beauvaisi 
a cousta a Jehan du Chcsne quatre francs; tables trestaulx, fourmes 
a et sintilict cinq francs; et la Chapellerie luy cousta quinze 
a francsäw Le personnel loue en pareil cas etait eonsiderable. Il 
faut, dit l'auteur du M imagier : '10 trouver un clerc ou un valet qui 
se chargera d'acheter a erbe vert, violette, ehapeaulx, lait, fro- 
 magies, oeufs, busche, charbon, sel, cuves et euviers tant pour 
a sale que pour garde-mengiers, vert jus, vinaigre, ozeille, sauge, 
a percil, aulx nouveaulx, deux balais, une poesle, et telles menues 
(t Choses ; 2" un queux (cuisinier) et ses varlets qui cousteront deux 
a francs de loyer, sans les autres drois, mais le queux paiera varlets 
 et portages, et dient : d plus cfescuelles plus de loyer. 3" Deux 
' Tome II, p. 116. 
' Ifhütel de Fäväque de Bczuivais. 
3 La chappellerie, dcsl-ii-rlirc l'acquisition 
donnait aux convives. 
des couronnes ou chapcls de fleurs que l'on 
w Totes estoient desfuhldcs,  
c Ensi sans moelekins (coiffes) cstoienl, 
u Mais capeaus de roses avoicn! 
a En lor clnüs mis. et düziglenticr. 
u Por le plus doucement flan-cr. n 
(Le La: du trot xxuv s.)
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.