Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1188512
398 
VIE 
rmvün 
NOBLESSE 
FEODALE. 
fallait que ces tables fussent legeres; aussi les quatre galeries il 
jour, d'une fonte si fine, les quatre boulons et l'ais de bois qui 
forme le plateau, ne pesant ensemble plus de vingt-cinq livres, 
bien que le tout soit assez grand pour contenir plusieurs plats  
l Nous ne possedons sur ces tables portatives que des donnees assez vagues, et l'exemple 
que nous donnons ici ne s'appuie (quant a la forme et aux details de Fornementatiou) que 
sur un calque fait sur les dessins de la collection Garnerey, vendue il y a vingt-cinq ans, 
et malheureusement dispersee. Jusquäl nos jours, les personnes souveraines avaient pour 
habitude de manger seules. Leur repas etait apporte dans des barquettes couvertes, et les 
mets etaient deposes couverts sur la table (d'oü le mot couvert pour designer une table 
servie). Ces usages s'etaient conserves encore sous les rois Louis XVIII et Charles X. Le 
diner du roi etait porte, des cuisines a la salle a manger, dans une on deux barquettes, 
par des valets, et precede d'un quartier-maitre en uniforme et de gardes du corps. De 
temps ä. autre le quartier-mettre criait : a Messieurs! la viande du roi! l) Et chacun de 
sedecouvrir. Notre table peut bien avoir servi de barquette. Mais alors (au x11" sieclce) 
le eeremonial n'etait pas regle comme il le fut plus tard. Pour prendre une idee de ce 
quRStait le ceremonial de table au xvs sieele, il faut voir PEtat de la tlltltSütt de Charles le 
Ilardy, par Olivier de la Marche. (let auteur dit (chap. du Tiers eslat) : a Or il est besoin 
(t que je declare comment Pescuyer trenchant sert, ne en quelle maniere, quand les estats 
a sont appointes, et, la table paree, Yescuyer trenchant qui doit servir doit mettre son 
a ehapperon ou chappeau sur le buffet, es mains du somellier, et en doit le somelliei- 
n prendre garde, et doit bailler a Pescuyer a laver, qui essuie ses mains a la nappe du 
a buffet, et ces choses ne doit-on souffrir ne laisser faire a autre que a Feseuyer tren- 
a chant; et le prince assis, Feseuyer trcnchant va devant luy, puis desveloppc le pain, 
a et baise la petite serviette qu'il trouve enveloppee (avec le pain), et la mect enfre les 
u mains du prince, et puis prend celle ou cstoit le pain enveloppe, il Fescout (la secoue) 
t! et.la mect sur son col, et y mect les deux bouts (Ficelle devant luy, et la cause est 
a telle, car l'escuyei' trcnchant doit tousjotirs veoir toutes les choses qui doivent toucher 
a au pain, a la viande et aux cousteuux, dont il doit trencher, et doit toucher a ses mains 
a et a sa bouche v Ce passage doit s'entendre ainsi : Ueeuyer tranchant examinera avec 
soin tous les ustensiles qui doivent toucher au pain et aux mets; il les prendra en sa main 
et les approeliera de sa bouche, pour faire l'essai, et s'assurera si ces ustensiles ne sont 
point empoisonnes. a Puis il prend le pain et le mect en la main senestre, qui doit estrc 
a couverte de la serviette (attachee a son col), et du plus grand cousteau le doit partir 
u en deux (partager le pain en deux), et en doit prendre l'une, et la bailler au valet 
(l servant pour faire son essay, puis prend Pepreuve de la licorne en la petite net, et 
a touche le pain tout a l'entour, et puis trenchc devant le prince, et quand il a servi 1e 
u pain, il la remet sur la table (la petite nef), entre luy et le pancticr, et puis prend 
a un petit eoustcau, et baise le manche, et puis le mect devant le prince, et tous les 
a mects et toute la viande qui est sur la table, il la doibt descouvrir l'un apres l'autre, 
a et mettre devant le prince, soit fruict ou autrement, et quant le prince a mange de 
a l'un, il lui baille de l'autre, selon son appetit, et doit avoir discretion de presenter 
a au prince les mects comme ils doivent aller, c'est a seavoir, les potages premiers que 
u le plat, et les oeufs avant le poisson, et quand il a mis a chascun plat devant le prince, 
a il le doibt descouvrir, et puis faire espreuve de la licorne, et apres faire son essay avant
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.