Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1188418
392 
VIE 
PRIVIÜJE 
NOBLESSE 
FEODALE. 
 feuille est d'abord forgee et etampee a part, puis on soude ces 
a petites pieces ensemble de fagona en composer les bouquets; puis 
a enfin, lorsque ces bouquets ont regu leur contour, on les soude 
(t ensemble pour composer le panneau parleur reunion. Ainsi, dans 
a un panneau, il ya environ quarante fleurettes ou feuilles, ou tetes, 
 qui, pour etre etampees et iagonnees de maniere a pouvoir etre 
a soudees, ont passe chacune au moins quatre fois au feu, ce qui 
a fait deia cent soixante passages dans la braise. Pour souder et 
a contourner ces petites laieces de maniere a former les bouquets 
a et leur donner le contour convenable, il faut compter au moins 
a dix passages au feu en moyenne par bouquet, ce qui fait cin- 
a quante, puisqu'il y a cinq bouquets par panneau. Pour les souder 
a ensemble, faire les embrasses et entrelacs, il faut compter pour le 
a moins trente passages au feu, ce qui fait pour un [ianneau deux 
a cent quarante ou deux cent cinquante chauffages, et pour les 
a trois panneaux sept cent cinquante environ. Si nous comptons 
a quarante chauffages par pied ou branche, vingt pour la bague et 
a le plateau, nous aurons en tout bien pres de mille passages au feu 
v pour forger ce candelabre. Ajoutons a cela les retouches et les 
a gravures au burin, les pieces manquees qu'il faut recommencer, 
a vous comprendrez qu'aujourd'hui on n'estiine pas un pareil tra- 
c vail ce qu'il coüte de temps, de sueurs et de charbon. Les habiles 
a forgerons qui faeonnaient autrefois ces pieces, ne gagnant plus 
a leur vie ici, se sont etablis ou en Angleterre ou dans les villes 
(K de Fftllemagne, car dans ces pays on estime et l'on paye encore 
a ces sortes d'ouvrages A. Paris, vous voyez (piantite de Serruriers, 
a ou de gens se disant tels, n'ayant d'autre souci que de decouper 
{t de petites plaques de fer aminci, de les river les unes sur les 
a autres, d'y graver quelque dessin au burin, et de faire ainsi des 
a ouvrages qui seduisent les ignorants par leur apparence deli- 
a cate, mais qui ne sont ni solides ni beaux, et devraient etre lais- 
u ses aux chaudronniers ou a ceux qui fabriquent des bossettes 
a pour les selles et pour les chariots, ou des plaques de cein- 
u tures et de hauberts. a Ayant dit, maitre Hugues nous laissa ad- 
mirer le candelabre fabrique par son grand-pere, et se remit  sa 
forge. a Mais n, reprit-il apres avoir plongele fer dans la braise et 
pendant que son gargon soufflait, u nous ne devons pas nous 
a plaindre; en somme, je gagne deux fois plus que mon pere 
t! chaque annee, et lui-meme gagnait plus que son pere: les sei- 
a gneurs et les riches hommes recherchent moins ce qui est bon et 
a bien fait qu'autrefois, mais ils depensent plus d'argent pour re-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.