Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1188077
372 
VIE 
PnIvrEE 
DE 
L A 
NOBLESSE 
FEODALE. 
ou moins gros, les autres sont refendus en planche d'un a deux 
pouces d'epaisseui' pour les encadrements et panneaux. Quand il a 
quelque ouvrage de choix a executer, Jacques nous dit qu'il soumet 
les panneaux a l'action de la fumee pendant plusieurs semainesgen 
les suspendant ail-dessus de l'atre de la cliemince. Jacques n'a et ne 
peut avoir qu'un apprenti; son fils et son neveu completent l'ate- 
lier. Ils sont donc trois ouvriers ; lui, Jacques, ordonne, s'occupe 
de ses bois dont il a grand soin, va chez les seigneurs ou les bour- 
geois pour prendre les commandes, et travaille aussi de ses mains : 
c'est un liabilc homme. Il nous montra un banc a barre, servant de 
coffre'(lig. l), et dont toutes les pieces, terminees, etaient pretcs 
a etre assemblees. G Vous voyez, nous dit Jacques, les quatre inon- 
 tants principaux, ceux du dossier A plus elevcs que ceux du de- 
cc vant B pour recevoir 1a barre C. Je fais toujours mes assemblages 
a de barres a doubles tenons D avec einbrevement, car j'ai remarque 
a que ces barres sont sujettes a se desassembler ; je les renforce a 
 l'assemblage : cela perd un peu de bois, mais les personnes a qui 
a je les fournis ne me les renvoient jamais pour etre repares. On, 
a s'appuie sur ces barres; les valets peu soigneux tirent dessus 
a pour reculer ou avancer les bancs, et si elles ne sont pas solide- 
a ment assemblees et chevillees, elles ont bientot quitte les inon- 
a tants. Deux tenons valent mieux qu'un, car ils sont tous deux 
a serres par les doubles mortaises. Vous voyez aussi que je donne 
 de la force a mes bois la ou je suis oblige de pratiquer des mor- 
 taises, puisque celles-ci affaiblissent les pieces. Maintenant, nos 
a seigneurs ne veillent plus deces meubles massifs comme ceux 
 que l'on faisait autrefois; ils veulent etre coinmodement assis, se 
 plaignent quand ils trouvent sous leur main des areles vives. Il 
a faut nous soumettre a ces exigences, et, sans nuire a la solidite, 
a je diminue autant que je puis la force du bois entre les assem- 
 blages, soit par des adoucis, des chanfreins ou quelques colon- 
a nettes. Remarquez cet appui E, comme il permet de poser le bras 
(t sans fatigue, et comme je Fasseinble par de bons doubles tenons 
a pour reunir le grand montant A au petit B. Devant mon banc, 
a j'ai une suite de panneaux F serres entre deux traverses et des 
a montants. J'en lais autant par derriere; puis, sur les cotes, j'ai 
 des joues Il qui portent les tasseaux Irecevant le couvercle K 
a qui sert de siege. Le bord des joues L affleure la tablette a 
(i charnieres. Ces charnieres (fig. 2) sont. forgees avec soin; on les 
' Reiglenz. 
cPEtienne Boileaze.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.